Skip to main content
obama_reelection007
On the Record

L’Amérique dans le monde sous Obama

Justin Vaïsse

Editor’s Note: In an interview with Ouest France, Justin Vaïsse comments on Obama’s foreign policy during his first four years in office. Obama’s big idea, he says, was a focus on emerging powers, but the Arab Spring kept the US engaged in the Middle East. Overall, the priorities of his Administration confirmed the idea that the US is only interested in other regions when they cause problems or offer solutions. Read an excerpt below.

 

Ouest France: Quelle empreinte Obama a-t-il donné à la politique étrangère américaine?

 

Justin Vaïsse: Quand Obama arrive au pouvoir, il trouve une situation de crise sur plusieurs fronts. Crise financière, l’économie américaine est en chute libre. Crise de l’image des Etats-Unis après deux mandats de Bush, la guerre en Irak, la torture, Guantanamo. Crise de sur-extension militaire, avec deux guerres en cours. Sa grande idée est sur le long terme. Son propos, c’est de faire en sorte que l’Amérique se tourne vers ce qui compte vraiment. Pendant huit ans, elle a été complètement focalisée sur le contre terrorisme et les questions de sécurité. Or, un monde nouveau a émergé, avec la montée en puissance de la Chine et des autres pays émergents : l’Inde, le Brésil, etc. Ce monde-là, Obama estime que Bush l’a ignoré. Donc, sa grande idée, c’est celle du pivot. Ce sont ses termes, il faut faire pivoter le leadership américain vers les problèmes diplomatiques globaux, des puissances anciennes vers les puissances émergentes. Plus généralement du Moyen Orient vers l’Asie.

 

Ouest France: Mais n’est-ce pas un habile maquillage pour masquer une perte de puissance?

 

Vaïsse: Pas seulement. C’est aussi un redéploiement. Il faut d’une part sortir d’une mauvaise situation, se retirer des guerres au sol en cours, et en même temps il manifeste sa volonté de s’investir plus vers l’Asie Pacifique.

 

Read the full interview in French at ouest-france.fr »

Author

More

Get daily updates from Brookings