Skip to main content
Op-Ed

Two Scenarios for the Future

President Bush has declared that the objective of the terrorists who perpetrated the September 11 attacks was “beyond comprehension.” In the United States as elsewhere, many are having difficulty understanding the reasons for an attack whose horrors exceed even the dreadful standards of international terrorism. We have heard diverse explanations of the possible motives, including: a struggle against a particular model of society or hegemony (two traditional pillars of anti-Americanism); the north-south conflict; hatred of capitalism; religious fanaticism; opposition to the American presence in the Persian Gulf; or the Israeli-Palestinian conflict. Some of these motives may not have mattered for the terrorists, but they all, in different ways, constitute part of the problem in the eyes of those who support them, and in certain parts of Arab and Muslim public opinion.

What is certain is that the “Middle Kingdom”—the country at the heart of the current international system and the world’s only global power—is paying for much more than its foreign policy: it is paying for the current world order for which we are all a part, that which made the possible the age of globalization. The United States is the natural lightning rod for any action designed to radically upset this world order. The United States is paying the physical and symbolic price for regional frustrations, for historical developments that it was a part of but which go well beyond the scope of its power or responsibility. Make no mistake: the attack on the World Trade Center is nothing less than attempt to radically challenge the current world order.

The most plausible explanation of the terrorists’ motives seem to be that of a strategy designed to radicalize existing divisions and conflicts in the world: to force everyone to choose his camp, especially in Moslem communities within Western countries, and to weaken Arab moderates. In short, to bring about the world that cultural reactionaries dream about, that described by Samuel Huntington of a world in which the Cold War is replaced by the clash of civilizations (or at the least, a clash between Islam and the West). September 11 was a challenge to the notion of coexistence between different peoples and religions, to American multiculturalism and French republican integration, and to the ideals of tolerance and dialogue that underpin all of them. International and internal issues have never been more intertwined.

Huntington’s clash of civilizations thesis can be criticized in many ways, but no one can deny that it is cherished by all the world’s reactionaries: Chinese and Hindu nationalists, Islamists, the European and Russian far right, etc. By their rhetoric and their violence, these actors give it life, often referring to each other—an idea that becomes widespread, however false, becomes a fact. Nor can it be denied that the notion of a clash of civilizations, for millions of people around the world, was given a real boost on September 11.

The question thus becomes how the United States, centerpiece of the international system, will react. Will America play the game of the terrorists and indirectly give them a second victory—what they want the most—or will it drive them to political defeat? At present, leaving aside for the moment any new factors that might intervene, two strategies seem possible.

The pessimistic scenario is that of the political victory of the terrorists, a vicious circle for the international system. Internally, the American people allow themselves to confuse Islam and terrorism, Arab- and Muslim-Americans are targeted, and public liberties are eroded as part of the war on terrorism. Fear of more attacks leads to an unprecedented increase in the defense budget and to a comprehensive anti-missile shield (whose prospects have been increased, and not diminished, by the attacks of September 11), and the United States starts to look like a sort of “gated community” within the international system, an island of security in a dangerous world.

Internationally, in this scenario, the Bush administration continues down the unilateralist path it had already started on: it refuses to accept the demands of a coalition (let alone the United Nations) to constrain it and launches a devastating and deadly attack backed by few others, which is easily transformed by its detractors into a war on Islam. It reinforces its support for the Sharon government in Israel and takes advantage to strike Iraq without bringing down Saddam Hussein, thereby weakening moderate Arab governments and bringing about more terrorist actions. In short, it accentuates all the contradictions from which the September 11 attacks emerged, and the international system falls into a vicious circle which leads to the regression of universal values.

The optimistic scenario is that of the terrorists’ political defeat, and many signs coming from the United States allow us to hope this scenario will be realized. Internally, George W. Bush and Robert Mueller (head of the FBI) maintain their vigorous warnings of the past few days against anti-Arab prejudice; the population, physically and psychologically stunned, finds its footing on the best of the American experience; the U.S. intelligence services are reinforced without curtailing public liberties, and forms of defense adapted to the new challenges are put in place.

Internationally, the most enlightened parts of the administration (Colin Powell’s State Department) take the upper hand, manage to put together a broad coalition—which started to happen as early as last Wednesday—and by the moderation of their retaliation manage to avoid causing problems for moderate Arab governments vis à vis their public opinions. The U.S. takes advantage of the events to get more involved in the Israel-Palestinian conflict and press the Sharon government—which we have also seen happen over the past few days. They even try to take advantage of the new dynamic to deal with other latent problems such as Kashmir and Iraq. Realizing that their security from terrorism, in an open world, depend on the cooperation of other countries, they regain a position of enlightened leadership, that is, founded on multilateralism.

Europe has, in this whole business, been given a lesson: force remains central to the international system. Threats exist, and Europe has too often minimized American warnings. A mature Europe, which plays a role in the world order, is also a militarily stronger Europe, one which is as worried about international security as about food security. But Europe also has a message to deliver—admittedly in a longer-term perspective: cooperation matters, dialogue is indispensable, and security, in an age of globalization, is indivisible. It is on these points that it can enter into a dialogue of solidarity with the United States, about the best tools (development, struggle against terrorist finances), the best responses (cooperation, dialogue, multilateralism) and the best policies (toward Israel, Iraq and elsewhere) to fight not only against the sources of terrorism, but also against the coming about of a paradigm that threatens our common ideals—and which would mean the ultimate victory for the terrorists.


Le défi lancé à l’empire du milieu

Le président Bush a déclaré que l’objectif des terroristes qui ont perpétré les attaques du 11 septembre “dépassait l’entendement” ; et aux Etats-Unis comme en Europe, beaucoup ont du mal à comprendre les raisons d’un attentat qui excède, par sa démesure, les procédés habituels des terroristes. On a entendu de multiples interprétations quant au mobile des attaques : lutte contre un modèle de société ou contre une hégémonie (les deux faces coutumières de l’antiaméricanisme), conflit Nord-Sud, haine anticapitaliste, fanatisme religieux, lutte contre la présence américaine dans la région du Golfe, conflit israélo-palestinien, etc. Certains de ces mobiles n’ont probablement pas compté pour les terroristes, mais tous font, à des degrés divers, partie du problème aux yeux de ceux qui les soutiennent, et dans certains segments de l’opinion publique arabe et musulmane.

Ce qui est sûr, c’est que “l’empire du milieu”, la nation qui se trouve au c oeur du système international actuel, la seule puissance globale, paie infiniment plus que le prix de sa politique étrangère : elle paie pour l’ordre mondial actuel dont nous sommes tous partie prenante, celui qui a rendu l’ouverture du monde possible ; elle est le paratonerre naturel de toute action visant à changer radicalement cet ordre. C’est en ce sens que les attaques du 11 septembre nous atteignent collectivement. L’Amérique paie physiquement et symboliquement pour des frustrations régionales, pour des évolutions historiques auxquelles elle a participé mais qui dépassent de très loin ce qui fut, ou ce qui est, en son pouvoir, en sa responsabilité. Car c’est bien à une tentative de remise en cause de l’ordre mondial qu’on assiste avec les attaques du World Trade Center.

En effet, l’hypothèse la plus cohérente, pour tenter de comprendre les mobiles des terroristes, paraît celle d’une stratégie de radicalisation des clivages et des conflits existants : forcer chaque protagoniste à choisir son camp, notamment dans les communautés musulmanes qui se trouvent dans les pays occidentaux, et affaiblir les régimes arabes modérés. Bref, faire advenir le monde rêvé des réactionnaires et des culturalistes, le monde décrit par Samuel Huntington, remplacer le paradigme de la Guerre froide par celui du choc des civilisations (ou du moins du choc entre Islam et Occident). Après le 11 septembre, tous les modes de coexistence entre peuples différents, entre religions différentes, du multiculturalisme américain à l’intégration républicaine, ont reçu un défi, et plus encore l’idéal de tolérance, de dialogue, qui sous-tend chacun d’entre eux. L’international et le l’interne n’ont jamais été aussi mêlés.

On peut critiquer pour de multiples raisons la thèse du choc des civilisations de Samuel Huntington ; on ne peut nier qu’elle est chérie de tous les réactionnaires de la planète : nationalistes hindous ou chinois, islamistes, extrême-droite russe et européenne, etc. Par leurs discours et par leur violence, ces acteurs lui donnent vie, se citant mutuellement en référence – une idée fausse est un fait vrai, une lubie commune plus encore. On ne peut nier non plus qu’elle a reçu un sérieux coup de pouce le 11 septembre, dans l’esprit de millions de gens. La question est donc : comment va réagir l’Amérique, clef de voûte du système international, va-t-elle jouer le jeu pervers des terroristes et leur permettre indirectement une sorte de seconde victoire – celle qu’ils espèrent le plus – ou va-t-elle leur faire subir une défaite politique ? A ce stade, et en faisant abstraction des stratégies des autres acteurs, deux scénarios sont possibles.

Author

Le premier scénario, pessimiste, est celui d’une victoire politique des terroristes, celui d’un cercle vicieux pour le système international. A l’intérieur, l’opinion publique américaine se laisse aller à des amalgames, les groupes arabes-américains et musulmans-américains sont visés, les libertés publiques régressent pour faciliter la lutte contre le terrorisme. La peur obsidionale des attaques se traduit par une augmentation du budget de la défense sans précédent, par un bouclier antimissile tous azimuts (dont la perspective est de toute façon renforcée, et non diminuée, par les attaques du 11 septembre), et l’Amérique ressemble de plus en plus aux “gated communities”, ces villes nouvelles américaines ceintes de murs, îlots de sécurité isolés d’un monde dangereux.

A l’extérieur, l’Amérique suit le penchant observé depuis le début de l’administration Bush : elle renâcle à se laisser entraver par les exigences d’une coalition, sans même parler de l’ONU, ne convainc que quelques pays, lance une action meurtrière et dévastatrice facilement transformée par ses détracteurs en une lutte contre l’Islam, elle renforce son soutien au gouvernement Sharon, en profite pour frapper l’Irak sans faire chuter Saddam Hussein, fragilise par ces actions les gouvernements arabes modérés, suscitant dès lors de nouvelles vocations terroristes… bref, elle accentue l’ensemble des contradictions d’où sont sortis les attentats du 11 septembre, et le système international s’enfonce dans un cercle vicieux qui aboutit à une régression des valeurs universalistes.

Le second scénario, optimiste celui-là, est celui d’une défaite politique des terroristes, et plusieurs signes aux Etats-Unis nous permettent d’espérer ce scénario. A l’intérieur, George W. Bush et Robert Mueller (chef du FBI) accentuent leurs vigoureuses mises en garde de ces derniers jours contre les amalgames ; la population, meurtie physiquement et psychologiquement, retrouve le meilleur de l’expérience américaine ; l’outil du renseignement est renforcé sans atteinte aux libertés publiques ; des formes de défense adaptées aux nouveaux défis du terrorisme sont mises en place.

A l’extérieur, les éléments les plus ouverts de l’administration (le Département d’Etat de Colin Powell) prennent le dessus, parviennent à monter une coalition large – ce qui s’est produit dès mercredi dernier – et, par leur modération dans la riposte, à ménager les gouvernements des pays musulmans vis-à-vis de leur opinion publique. Ils profitent des événements pour s’impliquer plus largement dans le conflit israélo-palestinien et font pression sur le gouvernement Sharon – ce qu’on a également observé au cours des derniers jours. Ils tentent éventuellement de profiter de cette dynamique pour traiter d’autres problèmes latents (Cachemire, Irak). Réalisant que leur sécurité face au terrorisme, dans un monde ouvert, dépend de la coopération des autres pays, ils retrouvent un leadership éclairé, c’est-à-dire fondé sur le multilatéralisme.

L’Europe a, dans cette affaire, reçu un message : la force reste à la racine du système international. Les menaces existent, et l’Europe a trop souvent minimisé les mises en garde américaines ; une Europe adulte, qui pèse sur les orientations de l’ordre mondial, est aussi une Europe plus forte militairement, et qui se préoccupe autant de sécurité que de sécurité alimentaire. Mais l’Europe a aussi un message à délivrer – certes sur une temporalité différente : la coopération compte, le dialogue est indispensable, et la sécurité, en cette période de globalisation, est indivisible. C’est sur ces points qu’elle peut engager un dialogue solidaire avec les Etats-Unis, sur les meilleurs outils (développement, lutte contre le financement du terrorisme…), les meilleurs postures (coopération, dialogue, multilatéralisme) et les meilleures politiques (Israël, Irak…) pour lutter non seulement contre les sources du terrorisme, mais également contre l’avènement d’un paradigme qui menace nos idéaux communs – et qui signerait la victoire ultime des terroristes.

Justin Vaïsse est historien. Il est l’auteur, avec Pierre Melandri, de L’empire du milieu : les Etats-Unis et le monde depuis la fin de la guerre froide, éditions Odile Jacob, 2001.

More

Get daily updates from Brookings