Skip to main content
Article

Pour un new deal: Lettre à mes amis français sur l’Europe et l’Amérique

Reproduced by permission of
Commentaire (Vol. 27, No. 108, Winter 2004-2005).

Chers amis, Comment en est-on arrivé là? Aussi loin que je me souvienne, jamais le fossé n’a été aussi grand entre Européens et Américains. Ces deux dernières années, j’en étais venu à considérer qu’au fond la crise irakienne était une sorte de « tempête parfaite » qui ne pourrait pas se répéter, et que nombre des récentes tensions venaient des personnalités et des défauts des acteurs clés des deux côtés de l’océan. L’ Alliance atlantique a déjà subi bien des crises, et au vu de nos intérêts communs, de nos valeurs et des énormes défis auxquels nous avons à faire face, j’avais confiance en notre capacité à surmonter cette dernière querelle.

La fin de l’Occident?

À présent, je ne sais plus très bien quoi penser. La réélection de George W. Bush le 2 novembre, pour beaucoup d’Européens, a sonné le glas d’une certaine idée de l’Amérique. On ne peut plus considérer Bush comme un Président « accidentel », et il est certain que sa prolongation au pouvoir par le peuple américain rendra encore plus difficile la coopération euro-américaine. Pendant les quatre années à venir, le Président le plus détesté par l’Europe de l’histoire des États- Unis sera un boulet pour les dirigeant européens atlantistes, une provocation permanente pour les anti-américains, et un prétexte formidable pour ceux qui en Europe veulent éviter les fardeaux internationaux dans les situations difficiles comme en Irak ou en Afghanistan. Mon optimisme est donc plus que jamais mis à l’épreuve. Pourtant je suis certain d’une chose : si nous ne trouvons pas rapidement une manière de traiter les uns avec les autres, le dommage fait à la relation transatlantique pourrait devenir permanent. Il se pourrait bien que nous voyions l’émergence d’un nouvel ordre mondial où le concept même d’« Occident » n’existerait plus.

Je ne dis pas que l’Europe et l’Amérique risquent de s’opposer militairement comme l’Est et l’Ouest pendant la guerre froide. Mais, si les tendances désormais à l’oeuvre ne sont pas renversées, nous verrons les deux côtés pousser de plus en plus à la confrontation—sous couvert d’indépendance et d’intérêts propres présentés comme supérieurs—plutôt qu’à la coopération. Cette évolution sonnera la fin de l’OTAN et le début d’une rivalité politique au Moyen-Orient, à l’ONU, en Afrique et en Asie. Les Européens se retrouveraient face à une Amérique qui, à la différence des soixante dernières années, ne serait plus intéressée par une Europe unie et prospère, et chercherait peut-être même à la saper. Les Américains, eux, se retrouveraient, face à d’énormes défis mondiaux, privés de l’appui de leurs partenaires potentiels les plus capables, et qui plus est éventuellement confrontés à leur hostilité. Les pays comme la Grande-Bretagne, l’Italie, et certains pays de l’Europe centrale et de l’Est seraient finalement obligés de choisir entre deux camps antagonistes.

View Full Article (PDF—56kb)

Author

Philip H. Gordon

Former Brookings Expert

Mary and David Boies Senior Fellow in U.S. Foreign Policy - Council on Foreign Relations

Get daily updates from Brookings