Skip to main content
African Development Bank (AfDB) President Akinwumi Adesina addresses a news conference on the first day of the annual meeting of AfDB in Gandhinagar, India, May 22, 2017. REUTERS/Amit Dave - RC184335ACF0
Africa in focus

Point de vue prospectif sur l’Afrique: Une Banque africaine de développement restructurée et plus efficace

Editor's Note:

Notes de l’éditeur:  vous trouverez ci-dessous un point de vue extrait du chapitre 1 du rapport Foresight Africa 2018. Il développe six thèmes fondamentaux offrant à l’Afrique des opportunités de surmonter ses obstacles et de favoriser une croissance inclusive. Lire le chapitre complet sur le leadership africain ici. The English version can be found here.

Au cours de ces dernières années, la Banque africaine de développement a confirmé sa position en tant que première institution de financement du développement de l’Afrique en exerçant des effets significatifs sur le développement économique et social du continent. Dans l’objectif de maintenir cette dynamique positive, la Banque a récemment revu sa structure organisationnelle et son modèle de prestation de services et de développement afin d’être plus efficace et de mieux affronter les enjeux économiques de l’Afrique. 

Author

Une Banque plus efficace aidera les pays africains à relever un grand nombre de ses défis de longue date, en l’occurrence l’énorme déficit électrique et énergétique, l’insécurité alimentaire, la pauvreté, la faible création d’emplois, la faiblesse des taux d’intégration et d’industrialisation régionaux, les inégalités de genre, les faibles taux d’inclusion financières, en particulier chez les femmes et la montée du terrorisme.

Globalement, la nouvelle structure permettra à la Banque d’élargir ses activités en se rapprochant de ses clients, en améliorant la manière dont elle délivre ses services et en s’assurant d’avoir un impact significatif et efficace sur le développement de ses pays membres régionaux.

Une exécution plus efficace de la stratégie « High 5 » de la Banque  permettra d’accélérer la transformation économique du continent puisque, d’après le Programme des Nations Unies pour le développement, cette stratégie permettra à l’Afrique d’atteindre 90 pourcent des Objectifs de développement durable et de l’Agenda 2063. Les High 5 sont par conséquent les accélérateurs du développement de l’Afrique.

Les High 5 sont soutenus par des programmes d’investissement exceptionnellement solides, comme le « New Deal » pour l’énergie en Afrique, avec un investissement de 12 milliards USD et la mobilisation de 45 milliards USD supplémentaires dans le secteur énergétique à l’horizon 2020, ainsi que la livraison de 130 millions de nouveaux raccordements au réseau, 75 millions de connexions hors réseau et un accès sécurisé à l’énergie de cuisson propre pour 130 millions de foyers à l’horizon 2025.

En ce qui concerne l’agriculture et l’alimentation, la Banque investit un total de 24 milliards USD sur les 10 ans à venir pour aider les pays africains à garantir la sécurité alimentaire et faire de l’Afrique un exportateur net de denrées alimentaires. En termes de politique industrielle, la Banque réalisera des investissements à hauteur de 40 milliards USD au cours des 10 ans à venir sous l’égide de divers programmes phares dans le but d’accroître le rendement industriel de l’Afrique.

Enfin, la Banque est déterminée à améliorer la qualité de vie de tous les Africains et, parmi d’autres programmes, à créer au moins 25 millions d’emplois pour la jeunesse africaine sur une période de 10 ans pour ainsi transformer les atouts de l’Afrique en un dividende économique, accélérer le processus d’industrialisation du continent et faire reculer la fragmentation économique qui existe au niveau de l’ensemble des pays africains.

En résumé, pour une Afrique mieux développée, il faut une Banque africaine de développement plus efficace!

Get daily updates from Brookings