Skip to main content
Op-Ed

The Hell of Good Intentions

Justin Vaïsse

From April 5-11,1968, 356 American soldiers were killed in Vietnam. During the same week in 2004, 65 American soldiers were killed in simultaneous Shi’a and Sunni insurrections in Iraq. In February 1968, there were nearly 80 American deaths per day in Vietnam, compared to a maximum of 8 deaths per day during the last year in Iraq. All of which is to say that the problems in Iraq are still far from reaching the level of the Vietnam quagmire.

But to compare is not to equate. The differences between the two conflicts are numerous, but it is impossible not to find echoes of the Vietnam War in the present situation. The same odor of unilateralism. The same protests from foreign public opinion. The same original sin of exaggerating enemy actions to gain Congressional authorization for war (the undoubtedly imaginary Gulf of Tonkin aggression in Vietnam; the apparently imaginary possession of weapons of mass destruction in Iraq). The same domino theory that postulated, in the first case, that the loss of South Vietnam to communism would cause a similar collapse among its neighbors, and, in the other, that the establishment of democracy in Iraq would unleash a wave of freedom throughout the region. The same logic of escalation whereby the appeal to reinforce American troops does not seem to be accompanied by progress in getting the “locals” to take charge of their own political and military affairs. The same notion that it’s necessary to destroy towns and villages in order to save them, or, to update that aphorism, that the population must be subjugated in order to be democratized.

Still more troubling is the familiar cocktail of optimism, good intentions, and ethnocentric blindness that characterized both interventions. As Stanley Hoffmann wrote during the Vietnam War (Gulliver’s Troubles, or the Setting of American Foreign Policy, 1968), “Americans, whose history is a success story, have been brought to believe that the values they have drawn from their own experience have a universal application. They refuse to accept that these values are linked to the specific conditions that made American success possible.” Hoffmann also highlights the fantasy of consensus and spontaneous harmony. Those conditions are considered so natural that “any obstacles to happiness are certainly due to a villain” (e.g. the Vietcong, the radical Shi’ite, the former Saddam partisans).

As a result of this endemic optimism, Americans never seem to accept that people may, as in Vietnam or in Iraq, make the wrong choices. They may prefer nationalism to democracy, sectarian chauvinism to real freedom. They may decide to attack the soldiers that arrived as liberators or to kidnap the NGO workers that are there to help them.

This pointless self-destructiveness deeply disturbs the American psyche. The war in Iraq, originally conceived as eminently moral, marks even more than September 11 the rediscovery of evil, of insoluble problems, and of the inescapable immorality of compromise solutions. In short, it reveals the peculiarly American incapacity, as Stanley Hoffman has also point out, to comprehend the limits of politics and the historical experience and complexity of foreign cultures.

This rediscovery could well manifest itself in the coming years as the end of the confidence, even hubris, that has recently characterized American foreign policy. That confidence, symbolized by the ascendance of the neoconservatives and their allies, stemmed from three sources: the disintegration of the Soviet Empire, the rapid economic growth of the 1990s, and the creation of a formidable military machine that began with the Reagan defense buildup. Together, these developments nourished an illusion of omnipotence.

A comparable bubble of confidence captures the American national mood at the beginning of the 1960s. The United States felt powerful as a result of its industrial prowess, it military and technological advances, and the economic recipes of Keynesianism. The federal government felt it could accomplish anything and everything: the promotion of civil rights, the eradication of poverty, the containment of Communism, the defense and development of South Vietnam. Vietnam burst that bubble.

Similarly, the Iraq intervention may well end up producing the reverse of what its advocates sought: an image of American weakness and irresolution that emboldens its enemies and a resurgence of the neo-isolationism that characterized the 1970s. The result would be a surge in terrorist recruitment; and yet greater difficulties for political reform in the Middle East.

One doesn’t get to choose the dominant power in the international system, and one influences it only rarely. France, a stakeholder in the world order that is guaranteed by the United States, criticized the Iraq intervention, as it did the Vietnam War. But France’s prescience, if such it proves to be, will not protect it from the consequences that would flow from an American defeat. The weakening of the dominant power’s hegemony would, as always, entail the strengthening of hostile regional powers, the resumption of arms races in trouble spots, and prolonged civil and regional chaos throughout the world. European integration and multilateral cooperation are but a partial response to these perils.

Thus, France must hope that Iraq, where its capacity to affect events is limited, will not be a new Vietnam. Optimally, the experience in Iraq will serve as a shot across the bow that alerts the United States to the necessity of cooperation and consultation. American society has natural counterweights to the extreme impulses of unilateralism and isolationism, but these take time to produce their effects.

In the meantime, France must support the Iraqi political transition process that France has long called for, particularly through its influence with countries in the region. France must also maintain a close relationship with a changing America. In so doing, it should confirm that French opposition to intervention in Iraq represented the friendly advice of an ally and was in no way the expression of a malevolence toward America. Such a stance would be contrary to France’s own long-term interests.


L’enfer des bonnes intentions, par Justin Vaïsse

LE MONDE | 17.04.04 | 15h08

Du 5 au 11 avril 1968, 356 militaires américains ont été tués au Vietnam, contre 65 en Irak pour la même semaine de 2004, marquée par la double insurrection des sunnites et chiites radicaux. Et le mois de février 1968 enregistra près de 80 morts par jour côté américain, contre une amplitude de 0,8 à 8 morts par jour depuis un an en Irak. C’est dire si l’on reste loin, en apparence, du bourbier vietnamien.

Comparaison n’est pas raison, et les différences entre les deux conflits sont innombrables. Pourtant, l’on ne peut s’empêcher de trouver des échos de la guerre du Vietnam dans la situation présente.

Même dose d’unilatéralisme. Même protestation des opinions publiques étrangères.

Même péché originel de l’exagération des causes qui précipitent l’autorisation d’entrer en guerre (l’agression sans doute imaginaire du golfe du Tonkin pour le Vietnam ; les armes de destruction massive pour l’Irak).

Même théorie des dominos qui postule dans un cas que le basculement d’un pays dans le camp communiste entraînera ses voisins, et dans l’autre que l’instauration de la démocratie en Irak déclenchera une vague de liberté dans toute la région.

Même logique d’escalade où l’appel à renforcer les troupes américaines ne semble accompagné d’aucun progrès de la prise en charge politique et militaire des “locaux” par eux-mêmes.

Même impression qu’il faut commencer par détruire les villes et les villages pour pouvoir les sauver, qu’il faut soumettre la population pour pouvoir la démocratiser.

Plus troublant encore est le cocktail d’optimisme, de bonnes intentions et d’aveuglement ethnocentrique qui a pareillement présidé aux deux interventions. Comme l’écrivait Stanley Hoffmann au temps du Vietnam (Gulliver empêtré, 1971), “les Américains, dont l’histoire est le récit d’une réussite, sont portés à croire que les valeurs qu’ils ont tirées de leur propre expérience ont une application universelle. Ils refusent d’admettre que ces valeurs sont liées aux conditions particulières qui ont rendu possible le succès américain”. Hoffmann relève aussi le fantasme du consensus et de l’harmonie spontanée, qu’il suffirait d’aider à advenir, de sorte que “les obstacles à la félicité sont sûrement dus à un méchant” (le Vietcong, le chiite radical, l’ancien partisan de Saddam…).

Du fait de cet optimisme ethnocentrique, les Américains n’arrivent pas à croire qu’on puisse, au Vietnam ou en Irak, faire le mauvais choix, le choix immoral de préférer le nationalisme à la démocratie, le sectarisme chauvin à la vraie liberté, qu’on tue des soldats qui viennent en libérateurs, qu’on enlève des membres d’ONG qui ne sont là que pour aider.

Ce chaos apparemment absurde ébranle profondément le credo américain. De ce point de vue, la guerre en Irak, conçue à l’origine comme éminemment morale, marque plus encore que le 11 septembre 2001 la redécouverte du mal, de l’insoluble ou bien des solutions de compromis piteuses, bref de la politique et de ses limites, mais aussi de l’épaisseur historique des sociétés étrangères – un autre oubli récurrent pointé par Stanley Hoffmann dans la culture politique américaine.

Cette redécouverte pourrait bien marquer également dans les prochaines années la fin d’une bulle de confiance voire d’hubris qui s’est incarnée dans l’ascendant acquis par les néoconservateurs et leurs alliés et qui trouve sa triple origine dans la chute du mur de Berlin, la croissance économique des années 1990 et la construction, depuis Ronald Reagan notamment, d’un formidable outil de défense qui a nourri une illusion d’omnipotence.

Or, c’est une bulle comparable qui marque l’humeur nationale américaine au début des années 1960, et que le Vietnam a crevée. Fort de la croissance industrielle américaine, des recettes économiques du keynésianisme et de son avance militaire et technologique, il n’est rien que le gouvernement fédéral ne pense pouvoir réaliser : promotion des droits civiques, guerre à la pauvreté, endiguement du communisme, défense et développement économique du Sud-Vietnam…

A moyen terme, on peut craindre d’un éventuel enlisement américain, ou d’un retrait déguisé, des répercussions plus profondes encore sur le système international. Il n’est pas exclu que l’intervention d’Irak aboutisse finalement à l’inverse de ce que ses promoteurs recherchaient : la projection par les Etats-Unis d’une image de faiblesse et d’irrésolution qui enhardisse ses ennemis, renforcée par une humeur néo-isolationniste comme celle des années 1970 ; un renforcement des recrutements terroristes ; et une plus grande difficulté des Etats de la région à se réformer.

On ne choisit pas la puissance dominante du système international, et on l’influence rarement. La France, partie prenante d’un ordre mondial garanti en dernier recours par les Etats-Unis, et qui avait soutenu les interventions au Kosovo et en Afghanistan, avait critiqué celle en Irak, comme elle l’avait fait pour le Vietnam.

Mais sa prescience, si par malheur elle devait être confirmée, ne la protégerait nullement des conséquences d’un affaiblissement de l’Amérique et des réactions en chaîne qui pourraient s’ensuivre, comme à tout moment de remise en cause de l’hégémonie d’une puissance dominante : affirmation de puissances régionales hostiles, reprise de la course aux armements, désordres prolongés. A ces périls, la construction européenne et la coopération multilatérale n’apportent qu’une part de la réponse.

Il lui reste finalement à espérer que l’Irak, où ses capacités d’influence sont limitées, ne sera pas un nouveau Vietnam, mais un coup de semonce ramenant les Etats-Unis vers davantage de coopération et d’écoute, et à attendre que les contrepoids naturels à la société américaine fassent sentir leur effet.

Il lui reste aussi à appuyer par tous les moyens possibles, notamment par l’influence dont elle peut disposer sur les pays de la région, le processus de transition politique irakien qu’elle appelle de ses voeux depuis longtemps, et à maintenir le contact avec l’Amérique qui change, rappelant et confirmant que son opposition à l’intervention était le fruit d’un conseil amical et nullement l’expression d’une malveillance contraire à ses propres intérêts de long terme.

Justin Vaïsse, historien spécialiste des Etats-Unis, enseigne à l’Institut d’Etudes Politiques de Paris.
• ARTICLE PARU DANS L’EDITION DU 18.04.04

 

Get daily updates from Brookings