Skip to main content
Op-Ed

The End of Illusions: The U.S. After Bush’s Reelection

For the French friends who have contacted me over the past few days, the results of last Tuesday’s election signaled the end of a certaine idée de l’Amérique. Before the votes were finally counted, these colleagues—all friends of the United States—clung to the belief that the Bush administration was an aberration. Bush was an “accidental” president, inexplicably and temporarily influenced by a handful of extremist neoconservatives. All Americans would need was an opportunity to judge his policies before they would, without any hesitation, bid farewell to the President and his team, thus returning American to “normal.” This illusion died Wednesday morning.

Of course, the election result should not be over-interpreted. The fact that Bush beat John Kerry by a margin of 51% to 48% does not mean a massive conservative breakthrough any more than a slim Kerry victory would have meant the end of conservative America. It is true that with 59 million votes, Bush received more votes than any other candidate for U.S. president in history. But the same thing is also true for John Kerry and his 55.4 million votes. America remains deeply divided, with its cosmopolitan, progressive coasts and large cities on one side and its rural conservative heartland on the other.

Still, the reality cannot be denied: the election was a referendum on Bush, and a clear majority of Americans decided to stay the course. Bush received a clear mandate, reinforced by impressive majorities in the Senate and House of Representatives.

What does this mean for American foreign policy and French-American relations? For some Bush administration officials, the President’s reelection provides the opportunity to get beyond our differences and to re-launch transatlantic cooperation. In their view, the Europeans saw John Kerry as a deus ex machina that would repair transatlantic relations without any effort on their part. Since this option no longer exists, these officials say, the Europeans will have no choice but to reconcile with the American superpower and its leader, whose merits have just been acknowledged by the American public.

The problem is that these officials do not recognize any need to change their own policy and underestimate the level of Bush’s unpopularity among European public opinion. In fact, the Bush victory makes life more difficult for European leaders who want to work with the United States, because they have to explain to their skeptical publics why they support such an unpopular leader. Moreover, the Bush victory only encourages those who would like to make Europe a counterweight that will stand up to the United States. Finally, Bush’s unpopularity gives Europeans a great excuse for refusing to increase their military or financial contributions in Iraq or Afghanistan. Notwithstanding the efforts of some pragmatists in Europe to overcome the recent difficulties, the new Bush team risks deluding itself if it continues to close it eyes to European hostility and to assume that reconciliation is possible without any genuine American initiative.

But is it not possible that a reelected Bush will, like his hero Ronald Reagan, lead a more moderate foreign policy, seeking to be viewed by history as a peacemaker after a militaristic and aggressive first term? That is highly unlikely, and Europeans would do best to avoid the illusion that Bush is going to fundamentally reorient his foreign policy. The Reagan analogy is deceptive: Reagan did not decide to pursue peace to please the Europeans, but because he concluded that the world had changed. For Bush, there is no Mikhail Gorbachev on the horizon. Europeans should not be surprised if Bush names a hawk like Paul Wolfowitz or John Bolton to be Secretary of State and then asks the world: “Why did you not believe me when I told you we would stay the course?”

This all means that the re-establishment of French-American cooperation is going to be very difficult under Bush II. Yet all hope should not be abandoned. Americans and Europeans still have common interests, and even the Bush administration recognizes—more than it did in 2002 or 2003—that allies are important and that force and conviction are not enough to win their support. But if leaders on both sides do not abandon the illusion that it is up to the other side to change approach, the worst of the transatlantic crisis could still be ahead.

For the French, this means that they must accept the legitimacy of the Bush administration, acknowledge the psychological effects of September 11 on Americans, and confront the simplistic anti-Americanism that one finds too often in the French media. On their part, the Americans must recognize that being attacked does not give them the right to do whatever they want, that they cannot continue to ignore European priorities such as the environment and the Israeli-Palestinian conflict, and that the Europeans sometimes have important contributions to make, intellectually as well as financially. It is also important to put an end to the Francophobia, the equivalent of French anti-Americanism, promulgated by certain American media outlets and by Congress. None of these measures can be accomplished, or sustained, without equal effort from both sides. So who will go first?


ÉTATS-UNIS Après la défaite de John F. Kerry et la réélection de George W. Bush La fin des illusions
PAR PHILIP GORDON * [08 novembre 2004]

Pour de nombreux amis français qui m’ont contacté ces derniers jours, les résultats de l’élection américaine de mardi dernier ont sonné le glas d’une certaine idée de l’Amérique. Avant le dépouillement des voix tard dans la nuit de mardi, ces collègues – tous des amis des Etats-Unis – maintenaient la conviction que l’Administration Bush était une aberration. Bush était un président accidentel, inexplicablement et temporairement influencé par une poignée de néoconservateurs extrémistes. Il suffirait que les Américains aient une chance de le juger sur sa politique pour que, sans aucun doute, ils balaient le président et toute son équipe, rendant l’Amérique «normale» à nouveau. Cette illusion est morte mercredi matin.

Bien entendu, il ne faut pas chercher à surinterpréter les résultats. Le fait que Bush ait battu John Kerry par une marge de 51% contre 48% ne signale pas plus une percée conservatrice massive qu’une légère victoire de Kerry n’aurait signalé la fin de l’Amérique conservatrice. Il est vrai qu’avec ses 59 millions de voix, Bush a récolté plus de suffrages que tout autre candidat à la présidence des Etats-Unis dans l’histoire. Mais ceci est tout aussi valable pour Kerry et ses 55,4 millions de voix. L’Amérique reste très divisée entre ses côtes et ses grandes villes cosmopolites et progressistes d’une part, et son centre rural conservateur de l’autre.

Toujours est-il que l’on doit regarder la réalité en face : l’élection fut un référendum sur Bush, et une claire majorité d’Américains a décidé de maintenir le cap. Bush a reçu un mandat clair, appuyé par des majorités impressionnantes au Sénat et à la Chambre des représentants.

Qu’est-ce que cela signifie pour la politique étrangère américaine et les relations franco-américaines ? Pour certains officiels au sein de l’Administration Bush, la réélection du président fournit l’occasion de dépasser nos différences et de relancer la coopération transatlantique. Selon cette analyse, les Européens voyaient John Kerry comme un deus ex machina qui allait réparer les relations transatlantiques sans effort de leur part. Maintenant que cette option n’existe plus, disent-ils, les Européens n’auront pas d’autre choix que de se réconcilier avec la superpuissance américaine et son leader, dont les mérites viennent d’être reconnus par le public américain.

Le problème, c’est que ces officiels n’acceptent pas la nécessité de changer leur propre politique et sous-estiment le niveau de l’impopularité de Bush dans l’opinion publique européenne. En réalité, la victoire de Bush rend la vie plus difficile pour les dirigeants européens qui veulent travailler avec les Etats-Unis, car ces derniers doivent expliquer à leurs opinions publiques sceptiques pourquoi ils soutiennent un leader tant détesté. Par ailleurs, la victoire de Bush ne fait qu’encourager ceux qui voudraient faire de l’Europe une contre-puissance pour faire face aux Etats-Unis. Enfin, l’impopularité de Bush fournit aux Européens un prétexte formidable pour ne pas augmenter leurs contributions militaires ou financières en Irak ou en Afghanistan. Sans nier l’existence en Europe de courants pragmatiques qui cherchent effectivement à surmonter les difficultés récentes, la nouvelle équipe de Bush risque d’être très déçue si elle continue à fermer les yeux devant l’hostilité européenne, et à supposer que la réconciliation est possible sans vraies initiatives américaines.

Mais est-ce que Bush réélu ne va pas, comme son héros Ronald Reagan, conduire une politique étrangère plus modérée, cherchant à passer dans l’histoire comme artisan de la paix après un premier mandat militariste et agressif ? Rien n’est moins sûr, et les Européens feraient bien d’éviter l’illusion que Bush va réorienter profondément sa politique étrangère. L’analogie avec Reagan est trompeuse : Reagan n’a pas décidé de poursuivre la paix pour faire plaisir aux Européens mais parce qu’il considérait que le monde avait changé. Pour Bush, il n’y a pas de Gorbatchev à l’horizon. Les Européens ne doivent donc pas être surpris si Bush nomme un faucon comme Paul Wolfowitz ou John Bolton secrétaire d’Etat et demande au monde : «Pourquoi ne m’avez-vous pas cru quand je vous ai dit que l’on ne changeait pas de cap» ?

Author

Philip H. Gordon

Former Brookings Expert

Mary and David Boies Senior Fellow in U.S. Foreign Policy - Council on Foreign Relations

Tout cela signifie que le rétablissement de la coopération franco-américaine sous Bush 2 va être très difficile. Mais il ne faut pas abandonner tout espoir. Américains et Européens ont toujours des intérêts en communs, et même l’Administration Bush reconnaît, plus qu’en 2002 ou 2003, que les alliés sont importants et que la force et la conviction ne suffisent pas à gagner leur soutien. Mais si des deux côtés les dirigeants n’abandonnent pas l’illusion que c’est uniquement aux autres de changer d’approche, le pire de la crise transatlantique n’est peut-être pas encore derrière nous. Pour les Français, cela veut dire qu’il faut accepter la légitimité de l’Administration Bush, reconnaître l’effet psychologique du 11 Septembre sur les Américains et combattre l’antiaméricanisme primaire que l’on rencontre trop souvent dans les médias français. De leur part, les Américains doivent reconnaître que le fait d’avoir été attaqués ne donne pas le droit de faire n’importe quoi, qu’ils ne peuvent pas continuer à négliger les priorités européennes telles que l’environnement et le conflit israélo-palestinien, et que les Européens ont parfois des contributions essentielles à apporter, intellectuellement autant que financièrement. Il est aussi important de mettre fin à la francophobie répandue parmi certains médias américains et au Congrès, l’équivalent de l’antiaméricanisme français. Aucune de ces mesures ne peut être accomplie, ou maintenue, sans effort équivalent des deux côtés. Qui fera le premier pas ?

* Directeur du Centre sur les Etats-Unis et l’Europe à la Brookings Institution. Ancien directeur des affaires européennes au Conseil national de sécurité de Bill Clinton, il est auteur, avec Jeremy Shapiro, d’Allies at War: America, Europe and the Crisis Over Iraq (2004).

More

Get daily updates from Brookings