On the Record

Chez les démocrates, la campagne est passée d’une phase raciale à une phase frontale

Justin Vaïsse

The following is an online chat transcript.


Mombembe eric : Pourquoi Hillary Clinton et Barack Obama se sont déchirés dans le débat ? Pedro : Comment analysez-vous le débat mouvementé Obama-Clinton à Myrtle Beach ?

Justin Vaïsse : La concurrence s’aiguise, à mesure que l’incertitude grandit. Obama a été attaqué de façon répétée par Clinton, en fait par les deux Clinton, et a dû abandonner sa position de distance, “au-dessus de la mêlée”, pour répondre aux attaques personnelles. Ce n’est plus le “Obambi” qu’on décrivait avant. Quant à Hillary Clinton, elle voit que les attaques de son camp fonctionnent. Logiquement, elle poursuit donc, en jouant sur ses atouts, en particulier l’expérience.

Vincent : Ne peut-on pas considérer que la campagne rentre dans une nouvelle phase plus portée sur les attaques personnelles ?

Justin Vaïsse : Je pense que c’est une bonne description. On a eu la phase “raciale” il y a deux semaines, très importante pour la suite (j’y reviendrai) et depuis la trêve sur ce sujet on est en effet dans une phase où il s’agit de marquer des points contre l’adversaire. C’est ce qu’a montré le débat de Myrtle Beach, et je ne vois pas de raison que ça s’arrête.

aaa45ca : Plusieurs analystes disent que les démocrates sont presque assurés de remporter l’élection de novembre (écoeurement face à Bush, désir de changement, etc.). Personnellement, je n’en suis pas si sûr, en particulier si Hillary est la candidate, car elle est détestée. Qu’en pensez-vous ?

Justin Vaïsse : Je partage votre scepticisme : j’ai moi-même écrit dans un grand quotidien du soir que les démocrates étaient favoris, et je le maintiens. De là à dire qu’ils sont assurés de la victoire, il y a un pas que je ne franchis pas, tant les aléas de la campagne sont nombreux. Ainsi, si c’est McCain qui l’emporte côté républicain, il aura de fortes chances de gagner les voix des indépendants, qui font pencher la balance dans les swing States ou Etats pivots. Il reste qu’après 8 ans de présidence républicaine, avec l’essoufflement de la révolution conservatrice, les démocrates ont plutôt le vent en poupe : ainsi, ils sont quasiment assurés de conserver les deux chambres du Congrès, ce qui est déjà beaucoup.

Ric34 : Cette concurrence acharnée entre deux candidats démocrates ne risque-t-elle pas de faire le jeu des républicains ? Ou y aura-t-il une vraie réconciliation à l’issue des primaires démocrates ?

Justin Vaïsse : Après le débat de Myrtle Beach, la réconciliation apparaît en effet problématique. Et, oui, je suis d’accord, cette concurrence de plus en plus intense va en partie faire le jeu des républicains. Côté Hillary, le pugilat fait ressortir ses aspects négatifs, sa dureté, son côté teigneux, que la population en général n’aime pas. Côté Obama, la dispute croissante l’oblige à descendre de l’Olympe, de perdre son côté “au-dessus de la mêlée”, et d’apparaître partisan, précisément l’inverse de l’image qui le fait gagner.

Axle30 : On ne cesse de voir les deux principaux candidats démocrates, Barack Obama et Hillary Clinton se critiquer tour-à-tour autour de différents thèmes. Pensez-vous que cela puisse bénéficier à John Edwards, jusqu’alors relativement épargné ?

Justin Vaïsse : Non, je ne le pense pas, il ne peut pas être le troisième homme qui s’impose, car son organisation, ses finances et sa cote de popularité en général semblent rendre impossible sa sélection. En revanche, il pourrait très bien devenir un “faiseur de roi”, car il accumule malgré tout des délégués pour la Convention et pourrait arbitrer le duel si celui-ci se prolonge. Cela pourrait lui donner une place de vice-président potentiel sur le ticket démocrate, s’il le souhaitait…

Related Books

Samuel : Sur quels points les trois candidats principaux se distinguent ?

Justin Vaïsse : Sur très peu de points, en fait – notamment Hillary Clinton et Obama ! C’est tout le paradoxe. On a une course à l’investiture qui tourne autour des personnalités et, au-delà – parce que ce n’est pas entièrement superficiel et médiatique – de quelques questions essentielles : le changement ou l’expérience, la question du centre de gravité de la politique américaine (est-ce encore les années 1960 et donc 1990, représentées par Clinton, ou est-on dans une nouvelle ère politique, représentée par Obama ?), la question de l’image internationale qu’on veut projeter. Bref, comme on dit ici, “the issue is not the issue”, la course ne se fait pas principalement autour des politiques publiques proposées par l’un ou l’autre.

Benoit : Une victoire du sénateur Obama samedi prochain en Caroline du Sud suffirait-elle à lui redonner le statut de leader qu’il avait avant sa défaite dans le New Hampshire ? Aborde-t-il le Super Friday avec l’image d’un candidat suffisament solide pour remporter la présidence en novembre ?

Justin Vaïsse : Oui, je crois que son image est suffisamment solide. En revanche, l’enjeu de la primaire de Caroline du Sud se présente différemment pour lui : il ne doit pas la perdre, car il est favori. A l’inverse, Clinton a déjà quasiment concédé cet Etat où plus de 50 % des électeurs sont noirs, et donc on s’attend à ce qu’elle perde (ce qui pourrait la faire gagner ailleurs, j’y reviendrai) et donc si elle gagne, la campagne d’Obama aura vraiment du plomb dans l’aile. S’il l’emporte, cas le plus probable, alors la course continue et pourrait continuer longtemps.

Maxime : Que dire de l’évolution de M. Obama sur le financement de la guerre en Irak depuis 2003 ? H. Clinton tient-elle là un argument-clé contre ce rival ?

Justin Vaïsse : Non, en fait je vais être un peu brutal : l’Irak n’intéresse plus grand monde. Cela paraît extraordinaire, mais il faut prendre la mesure des progrès – qu’on peut à bon droit juger relatifs et provisoires – sur le front de la sécurité. Du coup, ceux qui ont beaucoup misé sur cette question, dans un sens positif (McCain), ou négatif (Obama, Clinton) se retrouvent un peu dépourvus. Quant à ceux qui n’ont quasiment parlé que de terrorisme et guerre en Irak (Giuliani), ils sont encore plus dépourvus. Et cette tendance, avec la récession qui commence (il semble y avoir un consensus sur ce point ces derniers jours, on verra bien), va s’accentuer, le débat s’est beaucoup déplacé depuis septembre-octobre vers les questions économiques.

Maxime : La campagne de M. Obama repose-t-elle sur deux notions : le rejet de la guerre en Irak et l’afro-américanisme enfin reconnu ? Meydoune : Les Etats-Unis, aussi bien la majorité blanche que la machine administrative sont-ils prêts à avoir un président black ?

Justin Vaïsse : La campagne d’Obama bénéficie du soutien des démocrates les plus acharnés contre la guerre en Irak (et qui veulent néanmoins un candidat viable), c’est certain – mais encore une fois, ce sujet, qui reste important pour les militants, tend à perdre de l’importance. Quant à la question noire, justement non : la campagne d’Obama reposait, jusqu’à récemment, sur une notion nouvelle, celle d’oublier, de dépasser, de transcender en quelque sorte la question raciale. L’idée était qu’Obama n’était pas noir, pas blanc, mais au-dessus de tout ça. La campagne d’Hillary Clinton a réussi, de façon subtile, discrète – et cynique, il faut bien le dire – à en refaire un candidat noir, ce qui va le faire gagner en Caroline du Sud mais risque de le faire perdre ailleurs, là où les Blancs et les Hispaniques sont majoritaires. Car la question raciale reste importante, et le retour de la polarisation désavantage Obama dans les primaires. Quant à l’élection de novembre, si elle voit s’affronter Obama et McCain par exemple, on peut penser que cela jouera moins, car on n’aura pas deux démocrates mais un républicain et un démocrate. Dans un sondage récent de Gallup, 94 % des personnes interrogées disaient être prêtes à voter pour un candidat noir qualifié. Même en prenant en compte la surdéclaration politiquement correcte, cela reste un chiffre intéressant, car parmi ceux qui ne voteraient pas pour un Noir, combien sont démocrates ?

aaa456ca : Si Clinton remporte la Californie, le New Jersey et l’Etat de New York et un ou deux autres Etats importants lors du Super Tuesday, je ne vois pas comment Obama pourrait renverser la tendance. Qu’en pensez-vous ?

Justin Vaïsse : Je suis plutôt d’accord, mais tout dépend ce qu’on entend par “remporter”. Si elle les remporte comme elle a remporté le Nevada, avec 6 points d’avance mais en n’obtenant que 12 délégués contre 13 pour Obama, alors tout reste jouable pour ce dernier. La question, c’est celle de la répartition des votes et du calcul incroyablement compliqué (j’ai renoncé à comprendre moi-même) du nombre de délégués attribués à chacun le jour du vote. Donc Clinton pourrait gagner dans ces grands Etats que vous citez (au total environ 40 % des délégués nécessaires à la nomination), tout en ne s’assurant pas d’un soutien suffisant en vue de la Convention. En d’autres termes, attention aux conclusions hâtives le soir du 5 février, car outre les super-délégués (ceux nommés d’office à la Convention), il va y avoir la question des reports des délégués d’Edwards, et d’autres variables encore. Bref, cela pourrait continuer jusqu’à Denver !

Benoit : Après l’avalanche des Bourses lundi, quel candidat démocrate est avantagé par une campagne où les questions économiques deviennent prédominantes ?

Justin Vaïsse : Je dirais Hillary Clinton, en raison de l’image rassurante de Bill derrière elle – Bill qui symbolise la prospérité retrouvée des années 1990, la croissance forte, les excédents budgétaires, etc. Il faut se souvenir que c’est un peu une course à deux contre un !

Maxime : Qu’en est-il de l’influence des budgets de campagne entre Clinton et Obama ?

Justin Vaïsse : A plusieurs reprises, Obama a réussi à récolter plus de financements de campagne qu’Hillary Clinton. Mais, au final, aux dernières nouvelles, elle avait un petit avantage, et elle a dépensé moins que lui. Mais la différence ne me semble pas déterminante : c’est plutôt la stratégie d’ensemble (où dépenser, dans quel Etat, quels messages choisir, pour quel segment de l’électorat, etc.) qui va permettre à l’un ou l’autre de l’emporter.

Michael : Si Hillary Clinton devenait présidente, pensez-vous que nous assisterions vraiment à un changement de politique étrangère ? Il semble qu’elle ait eu souvent des positions “faucons” : vote de la guerre en Irak, de la rallonge, position interventionniste sur les Balkans dans les années 90… Quelle est sa vision des relations internationales ?

Justin Vaïsse : Comme Madeleine Albright, elle a pris position en faveur des interventions humanitaires des années 1990 (Haïti, Bosnie, Kosovo, notamment). Son vote “en faveur de la guerre en Irak” est plus compliqué. Elle a raison de souligner qu’elle n’a pas autorisé ce qui s’est passé, mais a soutenu la possibilité pour Bush d’aller de l’avant, étant entendu qu’il devait passer par l’ONU et qu’il y avait des armes de destruction massive en Irak. Elle n’est donc pas comparable à un Cheney ou à un Rumsfeld. Par ailleurs, il faut se souvenir du mode de décision de Bill pendant les années 1990 : on explore toutes les options possibles avant d’y aller, quand on ne peut plus faire autrement. C’est un processus pas très élégant, mais somme toute valable, et je crois qu’Hillary ne serait pas très différente de Bill sur ce point. Pour la question générale : oui, la politique étrangère américaine serait différente, ce ne serait pas la politique rêvée par les Européens, et il faut avoir conscience du fait que la politique actuelle de Bush n’a pas grand chose à voir avec ce qu’il faisait il y a 4-5 ans. Il reste qu’un changement de locataire à la Maison Blanche fera déjà beaucoup, ainsi qu’un renouvellement d’équipe.

Ric34 : L’assurance d’une majorité démocrate au sein des deux chambres donne-t-elle plus de poids pour des raisons de cohérence à un(e) candidat(e) démocrate face à un candidat républicain qui pourrait se retrouver pieds et poings liés au Congrès ?

Justin Vaïsse : Oui, elle lui donne plus de poids… mais ce n’est pas forcément ce que les électeurs mettront en premier dans les raisons de leur vote. Et puis encore une fois, si c’est McCain qui l’emporte, il arrivera à la Maison Blanche avec un très solide bagage bipartisan, une capacité maintes fois testée à travailler avec les démocrates de façon efficace. Ce sera un formidable atout pour lui lors de la campagne générale… s’il emporte la nomination républicaine, qui pourrait lui échapper précisément pour cette raison !

Lucas : Comment peut-on expliquer l’effet domino des élections américaines, où la victoire dans les premiers caucus ou primaires semble déterminante ? Les votes se rallient toujours au plus fort…

Justin Vaïsse : C’est l’une des caractéristiques du système électoral américain que de faire jouer à ce point “la dynamique”, “l’effet d’entraînement” ou “la force d’inertie”, bref le “momentum” en anglais. je ne connais rien de comparable ailleurs – en France, l’effet d’entraînement de la présidentielle sur les législatives en est un pâle écho. Ce qui est certain, c’est que cela joue sur un trait de psychologie humaine simple, l’attrait du gagnant, l’intérêt porté au moment présent, l’oubli du temps. C’est tout l’enjeu pour Giuliani, qui “attend son tour” en Floride… mais comme on ne parle plus de lui depuis un mois, sa cote a dramatiquement baissé, et son calcul pourrait se révéler perdant, faute de “momentum”.

Pedro : Pourquoi Nancy Pelosi, Al Gore et d’autres leaders démocrates ne se prononcent pas dans la campagne démocrate ou n’appellent pas les candidats démocrates au calme ? Quel est leur rôle alors qu’ils sont des leaders d’opinion populaires ?

Justin Vaïsse : Il ne faut pas exagérer leur impact – un soutien (“endorsement”) n’apporte pas forcément énormément de voix. En revanche cela coûte potentiellement cher à celui qui se prononce et dont le poulain perd… La seule différence vraiment nette qu’un soutien peut créer, c’est l’apport d’un réseau financier, et donc d’un carnet d’adresses. Quand John Kerry a décidé de soutenir Obama, il lui a surtout apporté les noms et coordonnées de 4 millions de démocrates qui l’avaient soutenu.

James : A votre avis, les candidats qui se retirent de la course à l’investiture vont soutenir lequel des trois candidats ?

Justin Vaïsse : Richardson et les autres “petits” ne comptent pas beaucoup, à vrai dire – leur réseau et leurs délégués représentent peu de chose. Celui qui compte vraiment, c’est John Edwards, lorsqu’il décidera d’arrêter : il sera alors en position d’arbitre, pas forcément décisif, mais au minimum très important.

Benoit : En cas de victoire de Mme Clinton, peut-on imaginer un ticket démocrate avec le sénateur Barack Obama en vice-président ? Et réciproquement, l’inverse serait-il possible ?

Justin Vaïsse : C’est la question à 1 000 dollars parmi les démocrates, évidemment. Et c’est en fait deux questions à chaque fois : est-ce que Clinton voudrait d’Obama, est-ce qu’Obama accepterait l’offre ? Et vice-versa. D’un côté, Obama pourrait aider Clinton avec le vote des jeunes, des indépendants, il pourrait renforcer l’image de changement qu’il faut projeter. D’un aute côté, il n’est pas certain que sur un plan personnel elle veuille d’Obama “dans ses pattes”, un Obama populaire, plus populaire qu’elle, qui transformerait potentiellement sa présidence en cohabitation. Et puis il y a eu déjà pas mal d’acrimonie lors des débats, surtout à Myrtle Beach. Du côté d’Obama, bien sûr, on peut considérer que ce serait sa plus sûre voie d’accès à la Maison Blanche… en 2016, après deux mandats Clinton, comme Bush père ou Al Gore (qui avait remporté le vote populaire en 2000…). Mais c’est un homme jeune, ambitieux, qui ne supporterait pas forcément d’être subordonné, dans un rôle ingrat, à Hillary Clinton… Il est sénateur, il a tout l’avenir devant lui, et puis il peut très bien faire deux calculs : 1. Si par exemple Giuliani ou Romney d’un côté, et Hillary de l’autre l’emportent, alors Michael Bloomberg risquerait de se lancer, et de faire perdre Hillary. Et si c’est McCain qui l’emporte, il a de vraies chances contre Hillary, du fait de sa popularité chez les indépendants… donc elle pourrait perdre, lui ouvrant la voie pour 2012 ou, si McCain est réélu, 2016.

Maintenant, un ticket Obama-Hillary, je n’y crois pas. Il ne voudrait pas s’encombrer du passif du camp Clinton, qui prend beaucoup de place, et il miserait sur le renouvellement du personnel politique. Il choisirait plutôt un vice-président du Sud, à la fois expérimenté et capable de lui apporter des voix chez les démocrates chez qui il est moins populaire – les classes moyennes inférieures blanches et les Hispaniques. Richardson par exemple. Ou pourquoi pas John Edwards ?

Robert De Niro : Comment analysez-vous le rôle des sondages au cours de ces primaires ?

Justin Vaïsse : Je vais vous surprendre : ils ont été remarquablement précis ! Mais bien sûr, ils ont connu une contre-performance, non pas dans le New Hampshire en général (car les scores des autres candidats étaient bien prévus), mais pour le score d’Hillary Clinton dans cet Etat. Les raisons de cette surprise (qu’il ne faut pas généraliser) sont difficiles à analyser : les larmes de la candidate ? Une sous-représentation des femmes par les sondeurs ? L’affaiblissement de l’effet Oprah Winfrey le jour du vote, quand ça devient sérieux ? Une dernière hypothèse semble importante à prendre en compte : la difficulté à sonder les classes moyennes inférieures blanches, tout simplement à les joindre ou à les faire s’exprimer… Or c’est ce segment de la population qui pourrait avoir des réserves sur un vote en faveur d’un candidat noir. C’est peut-être marginal, mais c’est peut-être ça qui a joué dans le New Hampshire.