Le Monde

Condoleezza and Democracy: Five Transatlantic Challenges

Con dolcezza : with sweetness. On February 8th, 2005, Condoleezza Rice modulated her speech at Sciences-Po to the musical intonation her parents chose for her first name. Transatlantic reconciliation, cooperation, a new chapter in French-US relations, forgetting the past... She was as far away as possible from her more martellato intonation of April 2003: "Forgive Russia, ignore Germany, punish France."

And yet the past, and the implicit reproaches it conveys, were not entirely absent from the sweeter-than-ever speech, since its central theme—to establish a transatlantic partnership to promote democracy on the basis of our common values—also resonated as a retrospective reproach of France. The overthrow of tyrant Saddam Hussein, then the massive democratic mobilization of Iraqis braving the attacks on January 30 to vote—is that what France was trying to prevent in 2003?

It would be a mistake, nonetheless, to focus exclusively on that aspect of "Condi's" speech, for the Secretary of State raised real questions. At the level of first principles, she recalled that the United States and France, more than any other nations, have received a faith in the freedom and universality of democracy as their inheritance from the Enlightenment. We can contest Bush administration methods, but the neoconservative credo that democracy is for all peoples of all religions is also ours. And our enemies are the same: "The face of terrorism in Iraq, Abu Musaab al-Zarqawi, called democracy an "evil principle." To our enemies, liberté, egalité, and fraternité are also evil principles."

Certainly, neither Condi Rice's speech, nor Bush's second term inaugural address on January 20th, constitute a realistic foreign policy program. American political and strategic interests will always conflict with the cause of democracy. Yes, American must rely on non-democratic allies like Saudi Arabia and Pakistan, for example, in the fight against terrorism. But this dilemma is also our own: these imperfect allies are France's also and we know the choice of the lesser evil by heart, those compromises that we have had to conclude with some of our close friends, such as Tunisia and Egypt.

Consequently, the true question is rather: what are the best policies to promote freedom? Condi Rice expounded the American vision. It is up to us Europeans, and perhaps particularly to us French, to more clearly enunciate our own vision of how democracy should be promoted, of how we intend to be faithful to our ideals and more effective in the transatlantic framework.

Here are five paths of reflection that may further understanding in this debate:

  • First of all, should we precipitate democracy from the outside, even by force of arms, or promote its unfolding from the inside, even if that means waiting for a long time? Condi Rice emphasizes that spreading democracy is an "urgent" task—and one may think that Saddam Hussein would still be persecuting his population without American intervention. However, at the same time, she herself emphasizes that the specific rhythm of different societies must be respected and that democratization must come from inside. And she takes as her example the success of the Cold War... in which Europe and the United States favored containment, consequently the status quo. Europeans, for their part, prefer the politics of engagement, of pressure, and (often timid) conditionalities to transform regimes from the inside, at the risk that this patient policy may have but little impact.

  • That preference is all the more marked as it touches a second question: how are we to avoid the messenger's killing the message? Unlike during the Soviet era, the support America gives to dissidents today in the Middle East, to defenders of democracy, or even to moderate Muslims does not strengthen them, but, on the contrary, robs them of credibility in the eyes of the population, so "radioactive" has America become in this region, its intentions suspect and methods criticized. However, on the European side, must we for this reason ignore these dissidents and appear to accede to their fate, put our ideals in our pocket and indicate our preference for a democratic evolution only in a low voice?

  • Third path: Must we proclaim democracy from every roof-top and put it at the heart of our foreign policy as do the Americans (Condi Rice wants to make it "the organizing principle of the 21st century") at the risk of hypocrisy? If George Bush and his Secretary of State talk about freedom, but never about "human rights" in their speeches, it's because the latter apply to all, even their own administration, which has frequently forgotten them (cf. Guantanamo, Abu Ghraib, etc.). Europe, on the other hand, insists on the force of our own example: it takes seriously that "alliance of values" about which Condi Rice speaks. The progress of multilateralism and of law upon which she insists—by way of the International Criminal Court, for example—the neutrality and legitimacy they confer, are an integral part of a policy of promoting democracy.

  • Fourth path: Americans consider freedom as the "key" to stability, development, and justice. Europeans say that injustice makes freedom impossible. Thus, in the Middle East, every advance in the peace process reinforces the moderates and every step back reinforces the extremists, who will never bring democracy about. However, this justice that is a condition for democracy also includes economic justice. Extreme poverty, massive inequality, and degradation of ecosystems do not make good bedfellows with democracy—Tony Blair and Jacques Chirac brought this up in Davos on January 26, and European aid programs are necessary pillars for the promotion of freedom.

  • Finally and above all, if they care to effectively promote democracy, Europeans and Americans must agree on the priority they wish to accord it in comparison to other political objectives. The regime change in Iraq was produced at the cost of a step backwards in the war against terrorism. And with regard to Iran, the American refusal to clearly support the Europeans and negotiate with Teheran, so as not to appear to legitimatize the mullahs' regime, runs the risk of resulting in an Iran as little democratic as it has always been—but also nuclear. Finally, how far is Condi Rice prepared to go—and how far are we Europeans prepared to go—on the specific ground of democracy vis-à-vis the big partners whose evolution is worrying: Russia and, especially, China?


Condoleezza et la démocratie, cinq pistes de réflexion, par Justin Vaïsse

Con dolcezza : avec douceur. Mardi 8 février, Condoleezza Rice a placé son discours à Sciences-Po sous le signe de l'intonation musicale choisie par ses parents pour la prénommer. Réconciliation transatlantique, coopération, nouveau chapitre dans les relations franco-américaines, oubli du passé... On est aussi loin que possible de son ton plus martellato d'avril 2003 : "Pardonner à la Russie, ignorer l'Allemagne, punir la France" !
Et pourtant, le passé, et les reproches implicites qu'il véhicule, n'était pas complètement absent d'un discours plus doux que jamais. Car son thème central - établir, sur la base de nos valeurs communes, un partenariat transatlantique pour promouvoir la démocratie - sonnait aussi comme un reproche en creux à la France. Le renversement du tyran Saddam Hussein, puis la mobilisation démocratique massive des Irakiens bravant les attentats, le 30 janvier, pour aller voter, est-ce cela que la France a voulu empêcher en 2003 ?
On aurait tort, cependant, de s'arrêter à cet aspect du discours de "Condi". Car la secrétaire d'Etat a soulevé de vraies questions. Sur le plan des principes, elle a rappelé que les Etats-Unis et la France, plus que d'autres nations, ont reçu en héritage des Lumières la foi dans la liberté et l'universalisme de la démocratie. On peut contester les méthodes de l'administration Bush, mais le credo néoconservateur, selon lequel la démocratie est faite pour tous les peuples et toutes les religions, est aussi le nôtre. Et nos ennemis sont les mêmes : "La figure centrale du terrorisme en Irak, Abou Moussab Al-Zarkaoui, a qualifié la démocratie de "principe du mal". Aux yeux de nos ennemis, la liberté, l'égalité et la fraternité sont autant de "principes du mal"."
Certes, le discours de Condi Rice, pas plus que celui de Bush, le 20 janvier, pour l'inauguration de son second mandat, ne constituent des programmes réalistes de politique étrangère. Les intérêts politiques et stratégiques américains viendront toujours contrarier la cause de la démocratie. Oui, l'Amérique doit s'appuyer sur des alliés non démocratiques comme l'Arabie saoudite et le Pakistan, par exemple, pour lutter contre le terrorisme. Mais ce dilemme est aussi le nôtre : ces alliés douteux sont aussi ceux de la France, et nous connaissons par coeur ces choix du moindre mal, ces compromis qu'il est nécessaire de conclure avec certains de nos amis proches comme la Tunisie ou l'Egypte.
Du coup, la vraie question est plutôt : quelles sont les meilleures politiques pour promouvoir la liberté ? Condi Rice a exposé la vision américaine. A nous Européens, et peut-être plus particulièrement à nous Français, d'énoncer plus clairement notre vision de la promotion de la démocratie, pour être fidèles à nos idéaux et plus efficaces dans le cadre transatlantique.
Voilà cinq pistes de réflexion pour apporter une pierre au débat.
D'abord, faut-il précipiter la démocratie de l'extérieur, y compris par les armes, ou favoriser son éclosion de l'intérieur, quitte à attendre très longtemps ? Condi Rice souligne que répandre la démocratie est une tâche "urgente" - et on peut penser que Saddam Hussein serait encore en train de martyriser sa population sans l'intervention
américaine. Mais en même temps elle souligne elle-même qu'il faut respecter le rythme propre des différentes sociétés, et que la démocratisation doit venir de l'intérieur. Et elle prend comme exemple de réussite la guerre froide... où, justement, Europe et Etats-Unis ont favorisé l'endiguement, donc le statu quo. Les Européens, eux, préfèrent la politique d'engagement, de pressions et de (souvent timides) conditionnalités pour transformer les régimes de l'intérieur, au risque que cette politique patiente n'ait que peu d'effets.
D'autant que cela pose une seconde question : comment éviter que le messager ne tue le message ? Contrairement à l'époque soviétique, l'appui donné par l'Amérique aux dissidents d'aujourd'hui au Moyen-Orient, aux défenseurs de la démocratie ou encore aux musulmans modérés ne les renforce pas mais les décrédibilise aux yeux de la population, tant l'Amérique est "radioactive" dans cette région, tant ses intentions sont soupçonnées et ses méthodes critiquées. Mais, côté européen, faut-il pour autant ignorer ces dissidents, paraître consentir à leur sort, ranger nos idéaux dans notre poche et n'indiquer qu'à mi-voix notre préférence pour une évolution démocratique ?
Troisième piste : faut-il claironner la démocratie sur tous les toits, la mettre au coeur de nos relations extérieures, comme le font les Américains (Condi Rice veut en faire "le principe organisateur du XXIe siècle"), au risque de l'hypocrisie ? Si George Bush et sa secrétaire d'Etat parlent de liberté mais jamais de "droits de l'homme" dans leurs discours, c'est que ceux-ci s'appliquent à tous, même à leur administration, qui les a souvent oubliés (cf. Guantanamo, Abou Ghraib, etc.).
L'Europe insiste au contraire sur la force de notre exemple : elle prend sérieusement cette "alliance de valeurs" dont a parlé Condi Rice. Les progrès du multilatéralisme et du droit sur lesquels elle insiste - par la Cour pénale internationale, par exemple -, la neutralité et la légitimité qu'ils confèrent font partie d'une politique de promotion de la démocratie.
Quatrième piste : les Américains estiment que la "liberté" est la "clé" de la stabilité, du développement et de la justice. Les Européens disent que l'injustice rend la liberté impossible. Ainsi, au Proche-Orient, chaque avancée du processus de paix renforce les modérés, et chaque recul renforce les extrémistes, qui n'amèneront jamais la démocratie. Mais cette justice comme condition de la démocratie est aussi économique. Pauvreté extrême, inégalités massives et dégradation des écosystèmes ne font pas bon ménage avec la démocratie - Tony Blair et Jacques Chirac l'ont rappelé à Davos, le 26 janvier, et les programmes d'aide européens sont des piliers nécessaires à la promotion de la liberté.
Enfin et surtout, s'ils veulent avoir une action efficace de promotion de la démocratie, Européens et Américains doivent s'accorder sur la priorité qu'ils veulent lui donner par rapport à d'autres objectifs politiques. Le changement de régime en Irak a ainsi marqué un recul dans la lutte contre le terrorisme. Et pour l'Iran, le refus américain d'appuyer clairement les Européens et de négocier avec Téhéran pour ne pas paraître légitimer le régime des mollahs risque d'aboutir à un Iran toujours aussi peu démocratique... mais nucléarisé.
Enfin, jusqu'où Condi Rice est-elle prête à aller - et jusqu'où sommes-nous, Européens, prêts à aller - sur le terrain précis de la démocratie vis-à-vis des grands partenaires que sont la Russie, à l'évolution préoccupante, et surtout la Chine ?
Justin Vaïsse est historien, spécialiste des Etats-Unis. Il enseigne à l'Institut d'études politiques de Paris.