Le Figaro

Beware of Double-Speak!

The remarkable score made by anti-globalization candidates—43.77% if one adds together the votes for Le Pen, Laguiller, Chevènement, Besancenot, Gluckstein, Mamère, Hue and Mégret (48.02% if Saint-Josse is included)—confirms the impression of a France that sees itself as a leader in the movement to contain international economic integration. Already before the elections, France stood out from among its neighbors by the dynamism of its anti-globalization movements, from José Bové?s supporters to the militants in ATTAC! The French, in fact, seem to be obsessed with globalization, as evidenced not only by the April 21 vote but also by the attention paid to it over the past several years in the press, the bookstores, and political rhetoric.

It is this last point in particular that contributes to the impression of a ?French exception? vis-à-vis globalization: whether it is Lionel Jospin?s ?managed globalization? or Chirac?s appeals by Chirac to ?humanize? globalization, moderate French political leaders of both left and right load their speeches with rhetoric critical of a phenomenon that gets a lot less attention in other European countries and in the United States. This is hardly suprising. According to a series of opinion polls undertaken over the past few years, no less than 72% of the French say they are ?wary? of globalization, 65% see it as a direct cause of social inequality, 56% say that it threatens French identity, and 55% believe it is a danger for French companies and jobs.

And yet, France is a country whose economy and society have adapted remarkably well to this much-criticized globalization. This is clear from the global opening of the French economy, with the trade share of GDP now at 49%, nearly twice as much as the United States and Japan; from the international engagement of French companies, many of which now get more than half their revenues from abroad; or from the opening up of the French stock market, of which 40% of the capital is now imported. Similarly, the departing government?s conversion to privatization, with some 31 billion euros worth of shares sold off by the state under Jospin, or to stock options, which are now used more in France than in any other country except the United States, show how much France has adapted.

This paradox could be interpreted as a sort of collective schizophrenia or as the whim of a country that wants to have its cake and eat it too: On one hand, more regulation, more state, more protection; on the other hand more individual economic freedom, greater choice, more integration with the rest of the world.

The double language could also easily be seen as a sign of duplicity, an impression that clearly contributed to the unexpected election result last Sunday: the French believe that their political leaders say one thing and do another, or worse, that they say one thing to hide what they are really doing. Thus, Lionel Jospin decided to back a law that increases economic regulation and defends the Tobin tax when in fact his government has privatized almost as much as the three preceding right-wing governments combined and opened up major sections of the French economy to free competition. Chirac also avoids speaking frankly to the electorate about the advantages of free trade and enterprise, and instead focuses his speeches on the need for humane, fair and social globalization. In short, those who were only a short time ago the two main candidates speak about globalization (and sometimes against it) in exactly the same way, even as they share the real desire to adapt France to the challenges of the global economy.

Why this gap between words and facts? In a country long characterized by economic dirigisme and the central role of the state in the management of economic and social activity—the antithesis of liberal globalization—it is very difficult, even suicidal, for politial leaders to admit that external constraints prevent them from controlling numerous levers of the national economy. On the contrary, they must prove that they remain fully in charge. Jospin caused a national scandal when he admitted, after the ?Michelin affair,? that the state could not longer administer the economy. He had to swallow his words and then assert to the French that the state was there to protect them against globalization. And when this sort of thing happened again when Danone and Marks & Spencer?s cut some jobs in France, the law on "new economic regulations" was put forth... Instead of explaining to the French that sometimes it can prove necessary to shed a thousand jobs to maintain many more than that, many political leaders opted for demagogy, for example by calling on people to boycott Danone products.

So should this double-language be unambiguously condemned? This is a genuine question, because in many cases Jospin and Chirac defend a managed approach to globalization not to hide the loss of control that they cannot admit but because it?s the only way to acclimatize France to the phenomenon. One must not forget the case of Edouard Balladur, who in the 1995 presidential election campaign openly spoke to the French about the limits of state action, only to find himself pushed out of power. The same thing happened a year later when Alain Juppé?s proposed reforms failed spectacularly. It is thus not difficult to understand why the Jospin and Chirac campaigns took account of these ?lessons,? since the goal of a politician must be first to win power in order to be able to use it.

In the long term, however, as the results of the recent elections demonstrate, such political opportunism can prove costly for France and its leaders. The voters who went to the polls in the first round wanted to show that they were not being duped. It is difficult for political leaders to assert one thing and do the opposite without paying an electoral price. The fact that parliamentary majorities have been kicked out in every single election since 1978, plus the spectacular rise in abstention rates and protest votes also suggest that the French are not being duped by rhetoric designed to hide reality from them.

It is unfortunate that the governments of the late 1990s did not take advantage of the good economic situation of that time to undertake greater reforms and do more pedagogy with the electorate. Why didn?t the moderate left openly admit that globalization has a positive side that should be encouraged even if it is necessary to protect France from its more negative effects? And why does it prefer to reform the French economy and society by stealth while demonizing globalization? A large number of leftist voters decided instead to back candidates who abhor globalization. And why doesn?t the right dare to openly defend liberalism, instead of hiding behind ambiguous rhetoric? It is not surprising that many of its voters chose to listen to Le Pen?s alarmist rhetoric about a France in national decline threatened by immigrants, Eurocrats, and globalization.

The real talent of political leaders must be to find the right path between cynical opportunism of double-speak and the political risks of excessive candor. Where globalization is concerned, both Jospin and Chirac seem to have missed that path.


Le Figaro, 4-5 mai, 2002
Présidentielle 2002: A la veille du second tour de scrutin
Gare au double langage !

Le score remarquable réalisé par les candidats anti-mondialisation—43,77% si l’on cumule les votes de Le Pen, Laguiller, Chevènement, Besancenot, Gluckstein, Mamère, Hue et Megret (48,02% si l’on inclut Saint-Josse)—confirme l’impression d’une France qui se veut chef de file de la contestation contre l’intégration économique internationale. Avant les elections, déjà, le dynamisme des mouvements antimondialistes, des supporters de José Bové aux militants d’Attac !, distinguait la France de ses voisins. Les Français semblent en effet obsédés par la mondialisation, à en croire non seulement par le vote du 21 avril mais aussi par la place qui lui a été accordée, depuis plusieurs années, dans la presse, en librairie et dans les discours politiques.

C’est surtout ce dernier point qui contribue à l’impression d’une “exception française” vis-à-vis de la mondialisation: de la “mondialisation maîtrisée” prônée depuis des années par Jospin à l’appel à “humaniser la mondialisation” lancé par Chirac, les hommes politiques français modérés, de droite comme de gauche, émaillent leurs discours d’une rhétorique critique à l’égard d’un phénomène largement ignoré par leurs homologues européens et américains. Ceci n’est pas surprenant : selon une série de sondages effectués ces dernières années, pas moins de 72% des Français se disent “méfiants” envers la mondialisation, 65% la perçoivent comme une cause directe de l’aggravation des inégalités sociales, 56% pensent qu’elle menace l’identité française et 55% qu’elle met en danger les entreprises et les emplois français.

Et pourtant, la France est un pays dont l’économie et la société se sont remarquablement bien adaptées à cette mondialisation libérale tant décriée. On peut en juger par l’ouverture de l’économie sur l’extérieur, la part des échanges étant montée à 49%, presque deux fois plus qu’aux Etats-Unis et au Japon; par l’engagement international des entreprises françaises, dont un très grand nombre tirent la plupart de leurs revenus de l’étranger; ou par l’ouverture de la Bourse, dont presque 40% du capital provient désormais de l’extérieur. De la même manière, la conversion du gouvernement sortant aux privatisations, à hauteur de 31 milliards d’euros sous Jospin, et aux “stock options,” plus utilisées en France que partout ailleurs à l’exception des Etats-Unis, illustre bien ce phénomène.

Ce paradoxe peut être interprété comme une sorte de schizophrénie collective ou comme le caprice d’une nation qui veut, comme dit l’adage populaire, le beurre et l’argent du beurre: d’un côté, plus de régulation, plus d’Etat, plus de protection; de l’autre, plus de liberté économique individuelle, plus de choix, plus d’intégration dans le reste du monde.

Ce double discours peut aussi être facilement interprété comme un signe de duplicité, et cette impression a clairement contribué au résultat inattendu de dimanche dernier: les Français pensent que les hommes politiques disent une chose mais en font une autre ou, pire, disent une chose pour masquer ce qu’ils font vraiment. Ainsi Jospin a prit clairement position pour soutenir une loi sur les nouvelles régulations économiques et pour défendre la taxe Tobin, quand en réalité son gouvernement a privatisé presque autant que les trois précédents gouvernements de droite réunis, et ouvert des pans entiers de l’activité économique à la concurrence. Quant à Chirac, il évite aussi de parler franchement à l’éléctorat des avantages du libre échange et de l’entreprise, et choisit plutôt d’émailler tous ses propos de références à une mondialisation humaine, juste, et sociale. Bref, ceux qui étaient, il y a peu de temps encore, donnés comme les deux principaux candidats tiennent sur la mondialisation – et parfois contre elle – des discours identiques, tout en partageant, dans les faits, une réelle volonté d'adapter la France aux défis posés par l'économie globale.

Pourquoi cette dissonance entre les mots et les faits? Dans un pays longtemps caractérisé par le “dirigisme” économique et le rôle central de l’Etat dans la gestion de l’activité économique et sociale — anti-thèses mêmes de la mondialisation libérale— il est très difficile, voire suicidaire, pour les hommes politiques d’avouer que les contraintes externes sont telles qu’ils ne maîtrisent plus de nombreux leviers de l’économie nationale. Au contraire, ils doivent prouver qu’ils restent solidement aux commandes de l’économie et de la société. Lorsque Jospin, à propos de l’affaire Michelin, avait déclaré que ce n’était plus à l’Etat d’administrer l’économie, cela provoqua un scandale. Il dut ensuite revenir sur ses propos et répéter aux Français que l’Etat était là pour les protéger contre la mondialisation. Et lorsque ce type d’affaire revint sur le devant de la scène avec Danone et Marks & Spencer, cette fois on parla d’un le projet de loi sur les nouvelles régulations économiques... Plutôt que d’expliquer aux Français que parfois il peut s’avérer nécessaire de supprimer mille emplois pour en préserver davantage, beaucoup de dirigeants politiques optent pour la démagogie, comme par exemple lors de l’appel au boycottage des produits Danone.

Faut-il pour autant condamner sans appel ce double discours français? La question se pose, car dans bien des cas, Jospin et Chirac défendent une approche maîtrisée de la mondialisation, non pas pour masquer leur inavouable perte de contrôle, mais véritablement parce que c’est la seule façon d’acclimater la France à ce phénomène. Souvenons-nous de la position d’Edouard Balladur lors de la campagne présidentielle de 1995, lorsqu’il avait parlé ouvertement aux Français des limites de l’action de l’Etat, pour finalement se retrouver évincé du pouvoir. Le même phénomène réapparaît un an après quand les réformes d’Alain Juppé échouent de façon spectaculaire. On peut donc comprendre que les campagnes de Jospin et de Chirac ont tenu compte de ces “leçons,” car le but d’un homme politique doit être de gagner le pouvoir pour être en mesure de l’utiliser.

A long terme, cependant, comme les résultats des élections viennent de le montrer, cet opportunisme politique peut se révéler coûteux pour la France et ses dirigeants. Les électeurs qui se sont déplacés dimanche dernier ont voulu prouver qu’ils n’étaient pas dupes. Il est difficile pour les hommes politiques d’affirmer une chose et de faire son contraire sans encourir de sanction électorale. L’alternance législative répétée sans exception depuis 1978 et l’augmentation spectaculaire de l’abstentionnisme et du vote protestataire sont autant de preuves que les Français ne sont pas dupes de ces discours cherchant à leur masquer les réalités.

Il est regrettable que les gouvernements de la fin des années 1990 n’aient pas profité de la bonne conjoncture économique pour engager plus de réformes nécessaires et plus de pédagogie envers l’électorat. Pourquoi la gauche modérée ne reconnaît-elle pas ouvertement que la mondialisation a de bons aspects qu’il faut encourager même s’il faut aussi se protéger contre ses effets les plus néfastes, et préfère-t-elle réformer l’économie et la société françaises de manière furtive tout en diabolisant la mondialisation ? Nombre de ses électeurs ont ainsi préféré opter pour ceux qui abhorraient sincèrement cette mondialisation diabolisée. Pourquoi la droite modérée n’ose-t-elle pas défendre ouvertement les thèses libérales, au lieu de s’enfermer dans un discours ambigu ? Il n’est donc pas surprenant que beaucoup de ses électeurs ont préféré croire aux sirènes alarmistes de Le Pen, mettant en avant le déclin national et l’identité française menacée par les immigrés, par les Eurocrates, par la mondialisation.

Le vrai talent des hommes politiques doit être de trouver la bonne voie entre l’opportunisme cynique de ce double langage et les risques politiques d’un surcroît d’honnêteté. En ce qui concerne la question de la mondialisation, sans doute ce talent a-til fait défaut à la fois à Chirac et à Jospin.

Philip Gordon et Sophie Meunier sont les auteurs de Le Nouveau Défi français: La France face à la mondialisation (Odile Jacob). Philip Gordon est directeur du Centre d’Etudes sur la France et les Etats Unis à la Brookings Institution, Etats-Unis. Sophie Meunier est chercheur au Centre d’Etudes Internationales de l’université de Princeton, Etats-Unis.