Up Front

« Previous | Next »

Around the Halls: 2012 Senegal Presidential Election

Senegalese anti-government youth rally against President Wade in Dakar

Later this month, Senegal will hold the most contentious presidential election since the introduction of a multi-party democratic system in the 1980s. Notwithstanding who wins, the election is bound to have far-reaching implications on the future of the nation. Senegal has long been held as an example of good leadership and stability in West Africa and in sub-Saharan Africa: It has escaped military rule and managed to have peaceful and democratic transition of power. Yet, the events leading to the 2012 election suggest that its record of democracy may be tainted if not completely negated. Scholars from AGI and its partner in Senegal, the Consortium for Social and Economic Research (Consortium pour la recherche économique et sociale – CRES), discuss the forthcoming election.

What are the key issues and implications of Senegal's upcoming presidential election? Join the conversation on Twitter using the #AGISenegal hashtag and register for our February 16 event on Senegal's election, a turning point for democracy and economic growth.

Lisez ce commentaire en français»

 
President Abdoulaye Wade’s Controversial Re-election Bid
Mwangi S. Kimenyi, Director, Africa Growth Initiative
Zenia A. Lewis, Research Assistant

A major contentious issue in Senegal has been whether it is constitutional for the incumbent President Abdoulaye Wade to run for office again. Wade has been a glowing example of a victorious former opposition figure who managed to peacefully obtain office from the then longstanding incumbent. However, his most recent re-election campaign has caused many of his admirers and supporters to doubt his commitment to democratic ideals. Popular opinion in the country – also widely held by the international community – appears to be that he should not run for another term.

President Wade came to power in 2000 after defeating incumbent, Abdou Diouf who held power from 1981 to 2000. Wade had been an opposition candidate in four presidential elections before he was finally elected in 2000. He was then re-elected in 2007 with 56 percent of the vote in a crowded field of 15 candidates. In 2001, during the beginning of his first term, the constitution was amended, which limited the presidents to two terms and reduced the length of each term from seven to five years. In 2009, he indicated that he would run again in 2012 as the amendments came into effect after he took office, but many consider such a move to be in contravention of the constitution. However, it was not official until January 27, a month before the scheduled election, when the Constitutional Council cleared Wade to run for a third term, a move that dismayed the electorate and triggered riots.

Recent public opinion surveys of likely Senegalese voters show declining support and trust of President Wade and his government:[1] in a 2008 survey, a majority of respondents felt that the president often or always “ignores the laws of the country.[2] Most telling was that 74 percent of respondents agreed or agreed very strongly that, “The Constitution should limit the president to serving a maximum of two terms in office.” Recently there have been concerns over Wade’s actions, which are seen as undermining democracy and weakening his political opponents, including his suggested appointment in the end of last year of two leading opposition figures, who are now running for the presidency, to ministerial positions and the arrest of a the rival socialist party youth leader. In the summer of 2011, Wade declared plans to change the constitution, lowering the required proportion of votes needed for a first round presidential election from 50 percent to 25 percent, a move likely intended to improve his chances of winning the election. These actions warrant concerns as to whether Wade will continue to erode the gains made in advancing democracy in Senegal if he wins another term.


What is at Stake in Regards to Senegal's External Relationships? 
Mwangi S. Kimenyi, Director, Africa Growth Initiative
Witney Schneidman, President, Schneidman & Associates International, Special Guest, Africa Growth Initiative
Jessica Smith, Research Assistant
 
Several of Senegal’s key external relationships could be jeopardized if the elections scheduled for February 26 do not go well. In 2009, according to World Bank figures, Senegal’s net Official Development Assistance was nearly 8 percent of GDP. Last year when the government of Malawi reacted violently to public protests over an increase in food prices, the U.S., the UK and other donors suspended assistance due to an alleged deterioration in political freedoms and the death of at least 19 protestors.

Election observers from the EU, Senegal’s largest donor, have already arrived in the country and have expressed concerns about the transparency of the process used to determine the eligibility of candidates. The observers have also remarked on the use of force against opposition protestors.

U.S.-Senegal relations have been “excellent” over the past several years, but Washington has voiced apprehension about backsliding on government transparency. Two weeks ago, in reference to the upcoming elections, State Department Spokesperson, Victoria Nuland said “the [statesmanlike] thing to do would be to cede to the next generation, and we think that would be better.” This was echoed by Deputy Secretary of State Chris Burns at the African Union summit and a letter to Wade from the U.S. Senate subcommittee on Africa.

The U.S. Millennium Challenge Corporation compact to Senegal requires countries to uphold political freedom performance indicators. Thus, it may be the first assistance to be suspended if there is a drop in the current level of democracy. Trade relationships, including membership in the African Growth and Opportunity Act (AGOA), and broader assistance are at stake if the election results in a reduction of political liberties for the Senegalese public.

The Economic Community of West African States has also sent election observers to Senegal. One of the observers, Ambassador Bassir from Sierra Leone, said, “whatever affects Senegal negatively, will no doubt spill over in the sub region and that a lot rest[s]on ECOWAS to ensure that the government, actors and the citizenry as a whole, take the necessary measures to prevent any such ugly situation.”


The Youth Vote in Senegal
Mwangi S. Kimenyi, Director, Africa Growth Initiative
Abdoulaye Diagne, Consortium of Economic and Social Research
Jessica Smith, Research Assistant

According to the World Bank, Senegal has started to recover from the global economic slowdown that started in 2009; however, the aftermath of the crisis on the current macroeconomic conditions continue to put strain on the youth population. Senegal’s energy sector has performed poorly and tourism and remittances have begun to suffer from the eurozone crisis, keeping the West African nation below the expected 4.6 percent average sub-Saharan growth rate. Senegal, once a leader in the region in terms of economic performance, is falling behind other top performers, such as Ethiopia, Nigeria, and Mozambique. Small gains in growth for Senegal are not translating into improved employment opportunities for young people.

The youth population (ages 15-24) is feeling the brunt of these adverse economic conditions. The Consortium of Economic and Social Research (CRES) in Dakar indicates that youth are blocked from many employment opportunities due to a policy of increasing the retirement age and a hiring freeze in the public sector. Additionally, sectors driving growth have intensive capital requirements, such as information and communications technology (ITC) and infrastructure and youth often have difficulty gaining access to start-up capital and credit to participate in these needed markets. Thus, young people are pushed toward working in the informal sector, migrating out of Senegal, or participating in illegal activities. In response, young Senegalese have created a movement called “Y’en a marre”, or enough is enough, to express their frustrations with the economic situation, lack of amenities, government corruption and the rise in food and fuel prices. Youth effectively protested Wade’s first attempt at constitutional tampering last year, and have already begun to protest the announcement of Wade as an official candidate via the youth dominated group “Movement of the 23rd” or M23.

If Wade is re-elected, frustrated youth might see current economic conditions as cause for large scale revolt. What is particularly disturbing is that neither the outgoing government nor a new government stemming from the opposition seems well equipped to face massive youth unemployment. The recently adopted Social and Economic Document of Policy 2012-2015, which succeeds the Strategic Documents for the Reduction of Poverty (DSRP) of the 2000s, dedicates only minor support to the unemployment issue. Even though the opposition parties denounce youth unemployment, they have not proposed concrete solutions to reduce it significantly.


Senegal’s Electoral Institutions and Prospects for Democracy
Mwangi S. Kimenyi, Director, Africa Growth Initiative
Zenia A. Lewis, Research Assistant

Holding elections does not necessarily strengthen democracy if the electoral processes are weak and subject to manipulation by the executive or any other branch of government, or allows the government to favor one candidate or party. Recent protests following the ruling of the Constitutional Council concerning the eligibility of the incumbent president to seek re-election for a third term reflects poorly designed electoral institutions that are likely to weaken democracy.

Besides the Constitutional Council, other electoral institutions in Senegal include the Ministry of the Interior and the Autonomous National Electoral Commission (or La Commission électorale nationale autonome – CENA). The Constitutional Council is made up of five judges appointed by the president and has the final say on matters relating to the constitution – including determining eligibility for the presidency, confirming the announcement of the CENA, and ruling on challenges related to the elections. The Ministry of the Interior is in charge of the election logistics and CENA is supposed to provide autonomous oversight for the electoral process. Both the Constitutional Council and the Interior Ministry are heavily influenced by the executive. CENA is somewhat influenced by the executive as the president confirms its members, but they are initially nominated by independent sources for their integrity and unbiased opinions. Technically the CENA was established by a law so its existence is less permanent and continues at the “discretion of the legislature,”[3] and as mentioned, it still ultimately reports its results to the Constitutional Council for confirmation.

Following his re-election in 2007, Wade appointed an entirely new Constitutional Council in 2008 raising suspicion that it was to ensure his eligibility for a third term. The recent ruling on Wade’s eligibility to contest another presidential term seems to confirm those suspicions. Evidently, the executive has a firm control or influence over the functioning of the electoral institutions, making them inadequate to further democracy. Truly independent electoral institutions are a requirement for smooth and democratic transitions of government. A post-election priority should therefore be reforming the electoral institutions. 


What Might Influence Electoral Choices in Senegal?
Mwangi S. Kimenyi, Director, Africa Growth Initiative
Zenia Lewis, Research Assistant

To a large extent, voting in sub-Saharan African countries tends to be influenced by the primary loci of identification: ethnicity, religion or region. Simply, identity politics often dominate issue politics, like the state of the economy. In the past, voting in Senegal has not been primarily on the basis of identity. AfroBarometer data confirms the viewpoint that generally voters’ ethnic identity is not the leading determinant of voting and research indicates that, “Senegal is a country in which ethnicity plays little or no role in politics.[4]” Religion is seen as something that unites the electorate, with around 94 percent of the population identifying as Muslim. The Islamic brotherhoods in the country are seen as transcending ethnic divisions [5] and political leaders, similarly, have support from multiple Islamic brotherhoods or sects. However, the upcoming election could reveal some clear voting patterns along specific identities and issues. As shown in a companion piece, there is the possibility of candidates instigating divisions based on ethnicity and religious sect for lack of more relevant differences in the presidential contestant agendas.

In the upcoming election, rural-urban voting patterns may also emerge. Senegal’s population is divided almost evenly between urban and rural areas. Perceptions of the economy also vary based on region. Rural voters surveyed have a slightly less favorable view of the economy with around 10 percent more people indicating that the current state is “bad” or “fairly bad” than those surveyed in urban areas. Additionally, almost half of rural residents state that their living conditions are worse or much worse than the rest of the Senegalese population, versus 21 percent in urban areas. These differences in perceptions of well-being could influence voting patterns--opposition candidates may do better in rural areas if they have a convincing message of change.

Another voting pattern that may emerge is that of the Senegalese Diaspora. As of 2000, there were 15 different countries where Senegalese could vote externally. A 2007 study indicates that external voters account for between 4 and 5 percent of the total vote in Senegalese elections. In 2000, the majority of external voters continued to support the incumbent, Abdou Diouf, and could have had significant influence if the second round had been a close runoff. In a close election, the Diaspora vote could indeed be pivotal.

Finally, younger voters have been more opposed to Wade’s re-election bid. They are more likely to vote for opposition as persistent problems of youth unemployment plague the country and the current government lacks a plan for addressing the situation.



Senegal’s 2012 Election: Towards a Replay of Ivory Coast?
Julius Agbor, Africa Research Fellow, Africa Growth Initiative
 
Although Senegal’s election differs from the Ivory Coast in that there is no armed rebel opposition involved in the election or a North (Muslim) vs. South (Christian) regional divide, the circumstances surrounding this election points very much towards an Ivorian post-election scenario. A companion piece by Mwangi Kimenyi and Zenia Lewis discusses the structural problems created by the lack of independence of the electoral institutions in Senegal. Perhaps a more subtle problem is the potential for post-election conflict in Senegal similar to the Ivory Coast during 2010-2011, which stemmed from the ambiguities arising from the overlapping jurisdictions of the various electoral bodies.

These conflicting jurisdictions in Senegal could trigger confusion with the potential for post-election violence. In the Ivory Coast, although the Independent Electoral Commission (CEI) was in charge of the organization and supervision of the elections, it could only publish tentative results that were subject to the approval of the Constitutional Council – which also handled all disputes resulting from the electoral process. The confusion then resulted from significant disparities between the figures earlier announced by the Electoral Commission and those officially proclaimed by the Constitutional Council. In Senegal, this is also likely to happen in event that the official results proclaimed by the Constitutional Council contrast with those reported by the (supposedly) Autonomous National Electoral Commission (CENA). This could especially incite violence due to the widened rift of trust between Senegalese people and Senegal’s political institutions following the controversial ruling in favor of the candidacy of incumbent President Wade by the Constitutional Council. The cases of Senegal and Ivory Coast point to general weaknesses in electoral systems and institutions in former French colonies. Going forward, there is need for these and many other African countries to invest in building electoral institutions that are clear of jurisdictional overlapping and at the same time independent of any branch of government. Unless such an unambiguous electoral framework is built, elections will not serve to entrench democracy but may instead trigger chaos as seen in Ivory Coast.


Neglect of African Indigenous Institutions and the Fragility of Senegalese Democracy
Olumide Taiwo, Africa Research Fellow
Anne W. Kamau, Africa Research Fellow, Africa Growth Initiative

The decision by President Wade to seek a third term in office remains the most contentious issue in the Senegalese elections and one that is likely to trigger a post-election crisis.

It is now a pattern that African countries appear to be stable democracies for a while and slide into constitutional crisis thereafter and most of the crises are associated with tenure elongation ambitions of incumbent presidents. Senegal is unlike other African countries where elections are contests between ethnic groups for state resources. The unifying force of the Senegalese Islamic brotherhood has served to mitigate ethnic divisions, [6] which is particularly important since over 90 percent of the population is Muslim. The Senegalese constitution also allows for a strong central government, and President Wade has taken numerous steps to even make the presidency stronger. This consolidation of power at the center is antithetical to ethnic diversity and is the undoing of many democracy projects in African countries. Moreover, such centralization of power is beginning to take its toll on Senegal. There are indications that opposition candidates and President Wade are beginning to appeal to ethnic groups and specific segments of Islamic organizations for support. With this, Senegal may follow many African countries that are mired in ethnic or religious competition.

Successful and stable democracies in Africa have reformed constitutions and redesigned governance institutions to reflect indigenous collective choice apparatuses. These involve extensive decentralization and devolution of power and recognition of the role of tribal chiefs in the governance process. For example, Botswana – cited as the most stable democracy in Africa – is organized into a federation of autonomous tribes ruled by tribal chiefs, who are also permanent members of the House of Chiefs, which plays an advisory and oversight role in government. Similarly, the Ghanaian constitution created the House of Chiefs at every level of government and empowers the chiefs to play their traditional roles and pursue the interests of their constituents. These arrangements guarantee substantial degrees of autonomy and self governance to the tribal groups and a relatively weak central government. Countries where the center remains powerful may initially appear stable, but such stabilities will always be short-lived.

The Senegalese constitution, like most African constitutions, is far removed from the history of the indigenous people. Simply inheriting a constitution and amending it will only increase the level of animosity and instability. Instead, Senegal needs to rework its constitutions in ways that decentralize power and incorporate its indigenous people in the governance process.


Footnotes

[1] AfroBarometer Report

[2] 53 percent of respondents thought that the president often or always “ignores the laws of the country.” (36 percent stating often, and 17 percent stating always, while 25 percent said never/rarely and 25 percent said they didn’t know)

[3] Senegal: Election Management Bodies in West Africa, A review by AfriMAP and the Open Society Initiative for West Africa http://www.afrimap.org/english/images/report/AfriMAP_EMB_Ch6_Senegal_EN.pdf

[4] Kris Inman and Josephine T. Andrews, 2009. “Corruption and Political Participation in Africa: Evidence from Survey and Experimental Research.” 
 
[5] Dennis Galvan, 2001. “Democracy without Ethnic Conflict: Embedded Parties, Transcendent Social Capital & Non-violent Pluralism in Senegal and Indonesia.”

[6] The Casamance region lying to the south of the Gambia river is excluded from this description.



Dans les couloirs : L'élection présidentielle 2012 

Ce mois-ci, le Sénégal va procéder à l'élection présidentielle la plus litigieuse depuis l'introduction d'un système démocratique à plusieurs partis dans les années 80. Quelque soit le gagnant, l'élection aura certainement des conséquences à long terme sur l'avenir du pays. Depuis longtemps, le Sénégal donne l'exemple d'un pays stable et bien gouverné en Afrique de l'Ouest et en Afrique subsaharienne : il a échappé au régime militaire et a réussi la transition pacifique et démocratique du pouvoir. Pourtant, les événements qui ont abouti à l’élection 2012 suggèrent que sa réputation en tant que pays démocratique n’est pas vraiment méritée et peut même se révéler entièrement incorrecte. Les experts universitaires de MGA et de son partenaire au Sénégal, (le Consortium pour la recherche économique et sociale – CRES), parlent des prochaines élections.  

Quels sont les enjeux et les implications de la prochaine élection présidentielle du Sénégal? Rejoignez la conversation sur Twitter en utilisant #AGISenegal hashtag et inscrivez-vous à notre rencontre du 16 février sur l'élection sénégalaise, tournant historique pour la croissance démocratique et économique.  
 
Réélection controversée du président Abdoulaye Wade
Mwangi S. Kimenyi, Directeur, Africa Growth Initiative
Zenia A. Lewis, Assistante de recherche

L'une des questions les plus importante au Sénégal est de savoir s'il est constitutionnel pour le Président Abdoulaye Wade de se représenter. Wade représente le bon exemple d'un ancien membre de l'opposition qui a gagné l'élection et a réussi une transition pacifique en remplaçant un président sortant qui était là depuis fort longtemps. Cependant, au cours de sa plus récente campagne électorale, plusieurs de ses admirateurs et partisans ont pu douter de son engagement en faveur des idéaux démocratiques. D'après l'opinion publique dans le pays – partagée également en grande mesure par la communauté internationale, il ne devrait pas briguer un autre mandat.

Le Président Wade fut élu en 2000 après avoir battu le président sortant, Abdou Diouf, qui avait gouverné de 1981 à 2000. Wade avait été candidat de l'opposition pendant quatre élections présidentielles avant d'être finalement élu en 2000. Il fut ensuite réélu en 2007 avec 56 % des voix dans une arène encombrée, comprenant 15 candidats. En 2001, au début de son premier mandat, la constitution fut modifiée, limitant les présidents à deux mandats et réduisant la durée de chaque mandat de sept à cinq ans. En 2009, il signala qu'il pourrait se représenter en 2012 du fait que les modifications n’étaient entrées en vigueur qu’après sa prise de fonctions, mais beaucoup considèrent que cette démarche violerait la constitution. Ce ne fut toutefois que le 27 janvier, un mois avant l'élection, que le Conseil constitutionnel autorisa Wade à se représenter pour un troisième mandat, ce qui consterna l'électorat et engendra des émeutes.

Des sondages récents d'électeurs sénégalais montrent une diminution du soutien et de la confiance du président Wade et de son gouvernement :[7] Dans un sondage datant de 2008, la majorité des personnes interrogées ont indiqué qu'à leur avis, le président « ignore souvent ou toujours les lois du pays. [8] En outre, 74 % des personnes interrogées ont convenu et certaines ont même vivement affirmé que « la Constitution doit limiter le président à deux mandats au maximum. » Récemment, on a exprimé des inquiétudes au sujet de certaines actions de Wade, ayant pour résultat de saper la démocratie et d’affaiblir ses opposants, notamment sa suggestion en fin d’année dernière de nommer deux personnes importantes de l’opposition (actuellement candidats à la présidence), à des postes ministériels et l’arrestation d’un jeune leader socialiste du parti opposant. Au cours de l'été 2011, Wade a indiqué son intention de modifier la constitution, diminuant la proportion de voix nécessaires pour un premier tour des élections de 50 à 25 pour cent, geste sans doute calculé pour améliorer ses chances de remporter les élections. Ces actions soulèvent des inquiétudes quant à la question de savoir si Wade continuera à saper les progrès de la démocratie au Sénégal s'il remporte un autre mandat.


Qu’est-ce qui est en jeu à l'égard des relations extérieures du Sénégal ?
Mwangi S. Kimenyi, Directeur, Africa Growth Initiative
Witney Schneidman, Présidente, Schneidman et Associates International, invitée spéciale, Africa Growth Initiative
Jessica Smith, Assistante de recherche

Plusieurs des relations externes clés du Sénégal pourraient être compromises si les élections prévues pour le 26 février ne se déroulaient pas bien. En 2009, selon les chiffres de la Banque mondiale, le pourcentage net de l'aide au développement officiel du Sénégal était proche de 8% du PIB. L'année dernière, lorsque le gouvernement du Malawi a réagi violemment à des protestations publiques dues à une augmentation des prix de l'alimentation, les États-Unis, le Royaume-Uni et d'autres donateurs ont suspendu leurs aide, en déclarant que les libertés politiques s'étaient détériorées et qu’au moins 19 manifestants avaient été tués. 

Des observateurs de l'UE, le plus grand donateur du Sénégal, sont déjà arrivés dans le pays et ont exprimé des préoccupations sur la transparence de la démarche employée pour déterminer l'admissibilité des candidats. Les observateurs ont également observé l'emploi de la force contre les manifestants de l'opposition.

Les relations entre les Etats-Unis et le Sénégal sont « excellentes » depuis plusieurs années, mais Washington a exprimé des appréhensions à propos d’un recul de la transparence du gouvernement. II y a deux semaines, au sujet des élections à venir, le porte-parole du Département d'Etat, Victoria Nuland, a déclaré « qu'il serait sage de faire place à la nouvelle génération, et nous pensons que ce serait mieux. » Cela a été repris par le Secrétaire d'Etat adjoint Chris Burns lors du sommet de l'Union africaine et dans une lettre adressée à Wade par le sous-comité sénatorial des Etats-Unis sur l'Afrique.

Le U.S. Millennium Challenge Corporation compact pour le Sénégal exige que les pays respectent les indicateurs de performance en matière de liberté politique. C'est pourquoi c'est probablement la première aide à disparaître en cas de baisse du niveau de la démocratie. Les relations commerciales, y compris l'appartenance à l'African Growth and Opportunity Act (AGOA) et l'augmentation de l'aide sont en jeu si l'élection entraîne une réduction des libertés politiques du public sénégalais.

La Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest a également envoyé des observateurs au Sénégal. L'un des observateurs, l'ambassadeur Bassir du Sierra Leone, a déclaré : « tout ce qui a des répercussions négatives sur le Sénégal s'étend aussi par contagion vers le Sud et la CEDEAO détient une grande responsabilité pour s'assurer que le gouvernement, les acteurs et les citoyens dans leur ensemble, prennent les mesures nécessaires pour éviter ce genre de situation. »


Le vote des jeunes au Sénégal
Mwangi S. Kimenyi, Directeur, Africa Growth Initiative
Abdoulaye Diagne, Consortium de la recherche économique et sociale
Jessica Smith, Assistante de recherche

Selon la Banque mondiale, le Sénégal a commencé à se remettre du ralentissement économique qui a débuté en 2009. Toutefois, les conséquences de la crise sur les conditions macroéconomiques actuelles continuent à mettre la pression sur la population des jeunes. Le secteur de l'énergie au Sénégal se porte mal; quant au tourisme et aux envois de fonds, ils ont commencé à subir les conséquences de la crise dans la zone euro. Tout cela a fait baisser la moyenne du taux de croissance des pays en-dessous de la moyenne subsaharienne prévue de 4,6 %. Le Sénégal, auparavant en tête de la région en matière de performance économique, se classe maintenant derrière d'autres acteurs très performants comme l'Ethiopie, le Nigeria et le Mozambique. Les petits gains de croissance au Sénégal ne se traduisent pas par des améliorations d'emplois pour les jeunes.

La population des jeunes (de 15 à 24 ans) est la plus touchée par ces conditions économiques défavorables. Le Consortium pour la recherche économique et sociale (CRES) de Dakar indique que de nombreux emplois ne sont pas accessibles aux jeunes en raison d'une politique d'augmentation de l'âge de la retraite et d'un arrêt de l'embauche dans le secteur public. En outre, les secteurs en croissance comme ceux de la technologie de l'information et des communications (ITC), ont de grandes exigences de capitaux et d'infrastructure et les jeunes ont souvent du mal à obtenir l'accès au capital de démarrage et les crédits nécessaires pour participer à ces secteurs. De ce fait, les jeunes sont forcés de se tourner vers les secteurs non officiels, d'émigrer ou de participer à des activités illégales. En réaction à ces difficultés, des jeunes sénégalais ont créé un mouvement désigné « Y'en a marre », afin d'exprimer leurs frustrations face à cette situation économique, du manque d'infrastructures, de la corruption du gouvernement et de l’augmentation des prix de l’alimentation et de l'essence. Les jeunes avaient protesté contre la première tentative de manipulation de la constitution par Wade l'an dernier ; ils ont déjà commencé à protester contre l'annonce de la candidature officielle de Wade par le biais du mouvement « Mouvement du 23 juin » ou M23, dominé par les jeunes.

Si Wade est réélu, la frustration des jeunes pourrait s’exprimer par une révolte à grande échelle. Ce qui est surtout inquiétant, c'est que ni le gouvernement sortant ni un nouveau gouvernement d'opposition ne semblent en mesure de gérer l’énorme taux de chômage parmi les jeunes. Le nouveau document de politique économique et sociale (2012-2015) qui succède aux documents stratégiques pour la réduction de la pauvreté (DSRP) des années 2000, ne consacre qu'un soutien mineur à l’enjeu du chômage. Bien que les partis d’opposition dénoncent le chômage des jeunes, ils n’ont pas proposé de solutions concrètes pour le réduire de façon efficace.


Les institutions électorales sénégalaises et les perspectives démocratiques
Mwangi Kimenyi, Directeur, Africa Growth Initiative
Zenia A. Lewis, Assistante de recherche 

Le fait de tenir des élections ne renforce pas nécessairement la démocratie si le processus électoral est faible et soumis à des manipulations de l'exécutif, ou de toute autre branche du gouvernement ou s'il est permis au gouvernement de favoriser un candidat ou un parti. Les protestations récentes à la suite de la décision du Conseil constitutionnel, concernant l'admissibilité du président sortant à se faire réélire pour un troisième mandat, reflètent des institutions électorales mal conçues, et il est probable que la démocratie en sera affaiblie.  

Hormis le Conseil électoral, les autres institutions à ce sujet incluent le Ministère de l'intérieur et la Commission électorale nationale autonome, (la CENA). Le Conseil constitutionnel se compose de cinq juges nommés par le président et celui-ci a le dernier mot en matière de constitution, y compris la détermination de l'admissibilité des candidatures, la confirmation de la déclaration de la CENA, et les décisions en cas de difficulté au cours des élections. Le Ministère de l'intérieur est chargé de la logistique des élections et la CENA doit superviser le processus électoral de manière autonome. Le Conseil constitutionnel et le Ministère de l'intérieur sont tous deux extrêmement influencés par l'exécutif. La CENA est quelque peu influencée par l'exécutif car le président confirme ses membres, mais ces derniers sont initialement nommés par des sources indépendantes et connus pour leur intégrité et leurs opinions impartiales. Techniquement, la CENA a été créée par une loi, si bien que son existence n'est pas aussi permanente et qu’elle survit à la « discrétion de la législature, »[9] et comme évoqué ci-dessus, elle transmet toujours ses résultats au Conseil constitutionnel qui doit les confirmer.

A la suite de son élection de 2007, Wade a nommé un Conseil constitutionnel entièrement nouveau en 2008, soulevant des soupçons que c'était pour assurer son admissibilité à un troisième mandat. La décision récente à ce propos semble confirmer ces soupçons. Il est évident que l'exécutif contrôle et influence fortement le fonctionnement des institutions électorales, les rendant inadéquates à la démocratie. Il est indispensable que les institutions électorales soient véritablement indépendantes pour que les transitions de gouvernement se produisent de façon disposée et démocratique. Après les élections, ce serait donc une priorité de réformer les institutions électorales. 


Quelles seraient les influences des choix électoraux au Sénégal?
Mwangi S. Kimenyi, Directeur, Africa Growth Initiative
Zenia Lewis, Assistante de recherche

Dans une grande mesure, le droit de vote dans les pays d'Afrique subsaharienne est influencé par les points principaux d’identification : selon l'origine ethnique, la religion ou la région. Tout simplement, la politique identitaire domine souvent la politique de résolution des problèmes, comme l'état de l'économie. Auparavant, le vote au Sénégal ne s'est pas fondé principalement sur la politique identitaire. Les donnés de l'afrobaromètre confirment qu'au Sénégal l'ethnicité des électeurs ne constitue pas l'élément déterminant des élections et les recherches indiquent que « le Sénégal est un pays où l'ethnicité ne joue pratiquement aucun rôle en politique.[10] La religion unifie l'électorat, qui comprend 94 pour cent de musulmans. Les fraternités musulmanes du pays transcendent les divisions ethniques [11] et les chefs politiques, de même, sont soutenus par de multiples fraternités ou sectes musulmanes. Malgré tout, les prochaines élections pourraient révéler des schémas électoraux basés sur des identités et des problèmes spécifiques. Comme le montre une publication qui fait pendant à celle-ci, il est possible que certains candidats créent des divisions fondées sur l'ethnicité et la secte religieuse en l'absence de différences plus pertinentes dans les programmes des candidats à la présidence.

Au cours de l'élection à venir, des schémas de vote ruraux-urbains pourraient aussi apparaître. La population du Sénégal est divisée de façon quasi égale entre les zones urbaines et rurales. La perception de l'économie varie aussi selon la région. Les électeurs ruraux ont un point de vue légèrement moins favorable de l'économie, avec 10 pour cent d'entre eux indiquant que l'état actuel des choses est « mauvais » ou « assez mauvais », par rapport aux sondages des zones urbaines. En outre, près de la moitié des résidents ruraux déclarent que leurs conditions de vie sont pires ou bien pires que celles du reste de la population sénégalaise, contre 21 % dans les zones urbaines. Ces différences de perception du bien-être pourraient influencer les schémas de vote et les candidats de l'opposition pourraient avoir de meilleurs résultats dans les zones rurales s'ils transmettaient un message convaincant de changement.

On pourrait voir apparaître un autre modèle de vote, celui de la diaspora sénégalaise. En 2000, il y avait 15 pays différents où les sénégalais pouvaient voter à l’extérieur de leur pays. Une étude de 2007 indique que les électeurs externes comprennent entre 4 et 5 pour cent du vote des élections sénégalaises. En 2000, la majorité des électeurs externes a continué à soutenir le président sortant, Abdou Diouf, et ce soutien aurait pu faire la différence si les résultats avaient été serrés au second tour. Si l'élection était serrée, les votes de la diaspora pourraient vraisemblablement faire la différence.

Enfin, les jeunes électeurs ont tendance à s'opposer à la réélection de Wade. Ils voteraient probablement pour l'opposition en raison des problèmes constants de chômage et du fait que le gouvernement actuel n’ait pas de programme défini pour résoudre la situation.

Élection de 2012 au Sénégal : Même scénario qu’en Côte d'Ivoire?
Julius Agbor, Chargé des recherches africaines, Africa Growth Initiative

Bien que les conditions de l'élection au Sénégal diffèrent de celles de la Côte d'Ivoire, vu l'absence de rebelles armés ou d'une division régionale entre le Nord (musulman) et le Sud (chrétien), les circonstances entourant cette élection ressemblent beaucoup à un scénario postélectoral ivoirien. Un texte de Mwangi Kimenyi et Zenia Lewis qui fait pendant à celui-ci traite des problèmes structuraux créés par le manque d'indépendance des institutions électorales au Sénégal. Mais il existe un autre problème plus subtil : c'est la possibilité d'un conflit après les élections comme c'est arrivé en Côte d'Ivoire au cours des années 2010-2011, du fait des ambiguïtés découlant du chevauchement de compétence des différents corps électoraux.

Ces conflits de compétences au Sénégal pourraient créer des confusions et déclencher des scènes de violence à la suite des élections. En Côte d'Ivoire, bien que la Commission électorale indépendante (CEI) ait été chargée de l'organisation et de la supervision des élections, elle ne pouvait publier que des résultats provisoires soumis à l'approbation du Conseil constitutionnel, qui était également responsable de traiter tous les différends découlant du processus électoral. La confusion a ensuite découlé des anomalies importantes entre les chiffres annoncés auparavant par la Commission électorale et ceux qui ont été proclamés officiellement par le Conseil constitutionnel. Au Sénégal, c'est aussi susceptible de se produire au cas où les résultats officiels proclamés par le Conseil constitutionnel diffèrent de ceux signalés par la Commission électorale nationale (soi-disant) autonome (CENA). Cela serait particulièrement susceptible d'inciter à la violence en raison du fossé se creusant de plus en plus entre le peuple sénégalais et les institutions politiques du pays, à la suite de la décision controversée du Conseil constitutionnel en faveur de la candidature du président sortant. Les cas du Sénégal et de la Côte d'Ivoire indiquent les faiblesses générales des systèmes électoraux et des institutions dans les anciennes colonies françaises. A l'avenir, il est indispensable pour ces pays et beaucoup d'autres pays africains de créer des institutions électorales ne pouvant pas se prêter à ces chevauchements de compétences et qui seraient en même temps indépendantes de toute branche du gouvernement. A moins qu'on ne crée ce genre de structure électorale non ambiguë, les élections ne serviront pas à renforcer la démocratie, mais plutôt à déclencher le chaos comme on l'a vu en Côte d'Ivoire.


Négligence des Institutions autochtones africaines et la fragilité de la démocratie sénégalaise
Olumide Taiwo, Chargé de recherche de l'Afrique
Anne W. Kamau, Chargée de recherche, Africa Growth Initiative

La décision du président Wade de solliciter un troisième mandat demeure la question la plus brûlante des élections sénégalaises, susceptible de déclencher une crise postélectorale.

Il apparaît maintenant que les pays africains suivent la tendance suivante : ils semblent être démocratiquement stables pendant un certain temps et glissent ensuite dans une crise constitutionnelle ; la plupart de ces crises sont associées aux désirs des présidents sortants de prolonger leurs mandats. Le Sénégal est différent des autres pays africains où les élections se transforment en luttes entre groupes ethniques pour s'approprier les ressources de l'état. La force d'unité de la fraternité musulmane a minimisé les divisions ethniques, [12] ce qui est particulièrement important, du fait que plus de 90 % de la population est musulmane. La constitution sénégalaise prévoit également un gouvernement centralisé et puissant et le président Wade a pris de nombreuses mesures pour rendre la présidence encore plus forte. Cette centralisation du pouvoir s'oppose à la diversité ethnique et mène à leur perte de nombreux projets démocratiques dans les pays africains. En outre, une telle centralisation du pouvoir commence à exercer ses ravages sur le Sénégal. Selon certaines indications, les candidats de l'opposition et le président Wade commencent à faire appel au soutien de groupes ethniques et de segments spécifiques d'organisations islamiques. En suivant cette voie, le Sénégal pourrait suivre l'exemple de nombreux pays africains embourbés dans des conflits ethniques ou religieux.

Les démocraties stables et prospères en Afrique ont réformé leurs constitutions et revu leurs institutions de gouvernance afin de refléter leur appareil de choix collectif indigène. Pour se faire, il faut effectuer une décentralisation poussée et un transfert des responsabilités et reconnaître le rôle des chefs de tribus dans le processus de gouvernance. Par exemple, le Botswana, cité comme le pays dont la démocratie est la plus stable d'Afrique, est organisé en une fédération de tribus autonomes dirigées par des chefs de tribus qui sont également membres permanents de la Maison des chefs et qui assument un rôle de conseil et de supervision au sein du gouvernement. De même, la constitution du Ghana a créé la Maison des chefs à chaque niveau du gouvernement et donne le pouvoir à ces chefs d'assumer leurs rôles traditionnels et de favoriser les intérêts de leurs électeurs. Ces arrangements garantissent des niveaux d'autonomie importants et d'auto-gouvernance aux groupes tribaux et un gouvernement central relativement faible. Les pays dont le gouvernement demeure centralisé peuvent sembler stables au début, mais cette stabilité ne dure pas longtemps.

La constitution sénégalaise, comme celles de la plupart des pays africains, est très éloignée de l'histoire des peuples indigènes. Le fait d'hériter et de simplement modifier une constitution ne fait qu'augmenter le niveau d'animosité et d'instabilité. Au contraire, le Sénégal doit refonder ses constitutions afin de décentraliser le pouvoir et de faire participer ses peuples indigènes au processus de gouvernance.


Notes

[7] Rapport de l'afrobaromètre

[8] 53 pour cent des personnes interrogées pensent que le président « ignore souvent ou toujours les lois du pays. » (36 pour cent ont indiqué souvent, 17 pour cent ont indiqué toujours, tandis que 25 pour cent ont indiqué jamais/rarement et 25 pour cent ont dit qu'ils ne savaient pas)

[9] Senegal: Election Management Bodies in West Africa, A review by AfriMAP and the Open Society Initiative for West Africa http://www.afrimap.org/english/images/report/AfriMAP_EMB_Ch6_Senegal_EN.pdf

[10] Kris Inman and Josephine T. Andrews. 2009, "Corruption and Political Participation in Africa: Evidence from Survey and Experimental Research."

[11] Dennis Galvan. 2001, "Democracy without Ethnic Conflict: Embedded Parties, Transcendent Social Capital & Non-violent Pluralism in Senegal and Indonesia."

[12] La région de Casamance située au sud du fleuve Gambie est exclue de cette description.